Depuis quelques mois, Vincent Nguyen parcourt le monde avec Jean-Sébastien Desbordes pour la série documentaire « 360@ », sur France 5. Le concept : proposer des séquences filmées avec une caméra 360 degrés. Un nouveau défi qui ravit le journaliste, formé à l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT).

Vincent Nguyen prépare actuellement la deuxième saison de 360@. Photo : Yann L'Hénoret.

Vincent Nguyen prépare actuellement la deuxième saison de 360@. Photo : Yann L’Hénoret

« Quand on voyage, ce qu’on aime, c’est pouvoir regarder dans toutes les directions… » A chaque début d’émission, c’est le même rituel, Jean-Sébastien Desbordes et Vincent Nguyen, les deux présentateurs, détaillent l’originalité de la série documentaire « 360@ ».

Le concept de l’émission, dont la deuxième saison est en cours de production : revisiter le monde avec une caméra à 360 degrés, pour proposer des angles uniques. Les deux journalistes se sont déjà rendus sur l’île sud de Nouvelle-Zélande, les toits de Sao Paulo ou encore à Venise. Le programme propose pour chaque émission quatre séquences à 360 degrés, de deux minutes chacune, durant lesquelles il est possible de naviguer librement autour des deux journalistes. « C’est encore difficile d’un point de vue journalistique, c’est une méthode plus adaptée pour le cinéma ; mais la technique va évoluer et son utilisation avec », commente Vincent Nguyen.

Arrivé à 21 ans à France 2 après avoir remporté la bourse d’Arcy, que France Télévisions remet chaque année à un rédacteur et à un journaliste reporter d’images, il est vite devenu grand reporter. Surnommé à ses débuts « le petit Prince » du fait de ses goûts littéraires et de son jeune âge lorsqu’il quitte ainsi l’Ecole publique de journalisme de Tours (EPJT), Vincent Nguyen a rapidement séduit par la qualité de son écriture et ses enquêtes. Toutefois, il n’a pas hésité, après une dizaine d’années passée au sein de cette grande maison, à quitter la rédaction. pour éviter la routine, dit-il. « J’ai tendance à changer de place dés que je me sens dans le confort », confie-t-il. Raison pour laquelle il a également souvent changé de programme au sein de la chaîne. « France 2 a été une extraordinaire école pour moi – il a collaboré entre autres à Envoyé spécial, Un œil sur la planète, Complément d’enquête, Un jour, un destin, 13h15 le samedi, 13h15 le dimanche… –   j’y ai beaucoup appris, mais j’avais besoin de m’épanouir autrement », se justifie-t-il aujourd’hui.

« Ils ont pensé à moi car j’étais quelqu’un de couleur »

Le journaliste d’une quarantaine d’années s’est lancé en 2013 pour Arte dans la série documentaire Par Avion. Il survolait une région du monde avant d’aller à la rencontre de ses habitants. « Je me disais que passer mon brevet de pilote ne me servirait jamais à rien, au final il m’a été très utile. Arte recherchait un programme original. Au départ ils m’ont sollicité car j’étais quelqu’un de couleur (qu’il doit à ses origines thaïlandaises, NDLR). Mais je ne voulais pas gagner ma place grâce à cette seule différence. Je leur ai dit que j’étais pilote d’avion ; l’idée les a séduits », explique-t-il.

Vincent Nguyen n’aime pas vraiment rester en place. “Voyager, c’est le Graal pour un journaliste. » En revanche, pour ce qui est de sa prochaine aventure, le journaliste formé en Touraine reste très vague : « Dans cinq ans, peut-être que je serai cuisinier, cinéaste, écrivain, je ne sais pas. »

Nicolas TAVARES

Atelier reportage à 360° et journalisme en réalité virtuelle – Mercredi 9 mars de 11h00 à 12h30, au Centre de Congrès de Tours.