De gauche à droite : Isam Muntaser, Anas Bendriff, Nordine Nabili, Marie-José Daoud et Cheikh Fall.

À l’heure de l’expansion des réseaux sociaux, les blogs citoyens surfent sur cette vague et de plus en plus de personnes y ont recours pour s’informer. Retour sur la conférence Blogueurs, youtubeurs, startupers, ils nous informent aussi”.

Les enjeux

L’essor des réseaux sociaux a bouleversé le paysage médiatique. De nombreux blogueurs se sont emparés de cette opportunité pour traiter l’information autrement. Lors du débat de ce vendredi 16 novembre, intitulé : “Blogueurs, youtubeurs, startupers, ils nous informent aussi”, quatre créateurs de blogs sont revenus sur la création de leur média. Ils évoquent tous le même objectif : donner la parole à des citoyens trop souvent délaissés.

Ce qu’ils ont dit

Cheick Fall, digital manager, expert en projets numériques du Réseau Africtivités :

“Le développement digital et des réseaux sociaux a permis aux citoyens de prendre la parole plus facilement. Ils se sont approprié l’information et créé des nouveaux écosystèmes. Ils utilisent les moyens à leur disposition pour transmettre des contenus bruts et qui semblent important à leurs yeux.”

Nordine Nabili, ancien directeur du Bondy Blog :

Le Bondy Blog est né lors des émeutes de 2005, qui ont éclaté après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré. Jusqu’ici, l’actualité des quartiers populaires n’était traitée que sous le prisme des faits divers, mais aucun média ne donnait la parole aux habitants de ces quartiers. Les jeunes se sont donc emparés de cet outil, qui utilise les techniques classiques du journalisme. Au départ les jeunes s’excusaient de vouloir écrire. Finalement, ils ont apporté un vent de fraîcheur, un regard neuf. ” 

Marie-José Daoud, fondatrice de Labneh and Facts, blog libanaise

Au Liban, de nombreux citoyens prennent des initiatives pour effectuer des tâches qui sont normalement réalisées par les services de l’État. Sur notre blog, nous mettons en lumières ces actions. Nous essayons également d’aborder des sujets très peu traités dans les médias traditionnels. On espère ainsi changer la société civile.”

Ce qu’il faut retenir

Les thématiques abordées dans ces différents blogs sont diverses, mais l’objectif est le même : donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. Avec l’augmentation de ce type de blogs, le problème qui se pose aujourd’hui est de “savoir comment gérer cette profusion”, a conclu Nordine Nabili.

Ewen Renou