[Résumé]: Soirée débat: elles racontent la guerre en Ukraine

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Soirée-débat: elles racontent la guerre en Ukraine ».

Photo : Marc Mentré

Avec Maryse BURGOT, grande reportrice à France Télévisions, Clémence DIBOUT, reportrice pour BFM TVenvoyée spéciale en Ukraine, Galyna KRYCHKOVSKA, productrice pour TV Kyiv, Alla LAZAREVA, rédactrice en chef adjointe de The Ukrainian Weekly, Alexander QUERY, reporter au Kyiv Independent et coordinateur du Centre pour la liberté de la presse en Ukraine (RSF) et Lydia TARAN, journaliste et présentatrice (1+1 TV). Animé par Grégoire DENIAUdirecteur de la rédaction de TV5 Monde.

 

 

Les enjeux

Journalistes françaises et ukrainiennes ont partagé les expériences qu’elles ont eu en couvrant la guerre en Ukraine. Dans ce débat riche de témoignages, les journalistes ont raconté les grands défis auxquels elles font face: propagande, censure, désinformation, couvrir la guerre dans son propre pays…

Ce qu’ils et elles ont dit

Alexander Query : « Beaucoup de journalistes ukrainiens sont devenus des reporters de guerre par obligation. Contrairement à la majorité des professionnels du métier, ils ne sont pas allés vers la guerre, elle est arrivée à eux. »

Maryse Burgot : « Nous, journaliste français en Ukraine, avons pour mission de transmettre les faits. Mais nous n’encourrons pas les mêmes risques que nos confrères ukrainiens. Nos fixeurs, qui nous aident à exercer notre métier, sont constamment au téléphone avec leur famille. Ils ont des préoccupations plus importantes que le journalisme. »

« En Ukraine, les personnes voulant s’unir avec la Russie sont très minoritaires. C’est une population pauvre et âgée et nostalgique de l’Union soviétique, qui habite souvent près de la frontière russe. J’ai rencontré plusieurs russophones qui avaient envie d’être européen. »

Clémence Dibout : « Quelques jours avant l’invasion, j’étais en reportage dans le Donbass. Ma fixeuse m’a dit qu’elle avait un mauvais pressentiment et qu’il fallait rentrer à Kiev. Le 24 février, jour de l’invasion, nous sommes rentrées à Kiev. Elle m’a demandé de prendre un avion pour la France. »

« On me donnait souvent des cafés et des fleurs pour me remercier d’être là. Mais ce sont ces personnes-là qui sont les plus courageuses. On est arrivé à Bucha. Notre fixeur a fait un malaise car c’était sa ville natale. »

Galya Krychkovska : « Je savais, depuis 2004 (année de la révolution orange, NDLR), que la Russie allait envahir l’Ukraine. Le jour avant le 24 février, j’ai demandé à mes proches de faire leurs valises. Je savais que ça allait se produire ce jour-là. »

« Il est difficile de rester objectif lorsque la guerre est dans votre pays. J’essaye tout de même d’avoir le recul nécessaire lorsque je couvre cette guerre. »

Alla Lazareva : « J’ai des connaissances en Russie qui critiquent mes articles. Ils ont le cerveau lavé par la propagande. Ce qui est choquant, c’est que les ambassadeurs russes prennent la parole, sur les plateaux télévisés, et disent des mensonges. Il faut lutter contre les mauvaises informations. La liberté de parole et laisser passer des mauvaises informations, ce n’est pas la même chose. »

« Je ne suis pas d’accord avec le clivage Est-Ouest, souvent présenté dans les médias. Ce clivage n’est ni géographique ni linguistique, mais plus au niveau de l’attachement aux libertés et droits. »

Lydia Taran : « Le soir avant l’invasion, je travaillais. Je suis rentrée chez moi, je n’ai pas fait mes bagages. A 4 heure du matin, j’ai été réveillée par les bombardements. Je savais que ça venait, mais je n’étais pas prête. »

« La guerre en Ukraine n’est pas nouvelle, elle dure depuis huit ans. Nos reporters portaient toujours des gilets par-balles pour travailler à l’Est. Aujourd’hui, ce qui a changé, c’est que les plus grosses chaînes se sont unies pour diffuser un journal télévisé commun. Celui-ci s’appelle « Le télémarathon ». »

 

À retenir

La couverture de la guerre en Ukraine pose de nouveaux défis aux journalistes françaises et ukrainiennes. Même si tous les reporters n’ont pas le même rapport au pays, ils font tous face aux mêmes contraintes: la propagande, la censure, la désinformation, les dangers du terrain…

Cem Taylan

[INTERVIEW] Maxime Audinet : « RT est un média russe qui ne sert pas sa population mais la politique extérieure de l’État »

Photo : Cem Taylan/EPJT

Maxime Audinet, chercheur et auteur de Russia Today : un média d’influence au service de l’État russe, lauréat du Prix recherche sur le journalisme des Assises, commente la suspension de la chaîne dans l’Union européenne. Il qualifie RT de « média d’État » mais souligne que l’interdiction d’un média dans des démocraties libérales n’est pas un « geste anodin ».

Dans votre livre, vous distinguez les médias d’État et ceux du service public. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

Maxime Audinet. Ce n’est pas une distinction binaire et stricte. C’est quelque chose qui se joue dans le traitement quotidien de l’information, notamment lorsqu’il s’agit de médias internationaux. A quoi sert et à qui s’adresse un média du service public ? Est-ce qu’il a pour simple mission d’informer des populations extérieures ? Russia Today est un média qui ne sert pas sa population mais la politique extérieure de l’État russe. RT n’est pas un média qui parle de la Russie mais de l’État russe. C’est pourquoi ce n’est pas un instrument de soft power classique car il ne participe pas au rayonnement international de son pays.

Moins d’un an après la publication de votre livre, RT a été suspendu en Europe. Comment interprétez-vous cette décision ? Pourquoi une telle mesure n’a pas été adoptée en 2014, lors de l’annexion de la Crimée ?

M. A. En 2014, la présence de RT en Europe n’était pas si importante. Il n’existait que la branche anglophone. La crise ukrainienne survient et cela accélère l’internationalisation du réseau RT. Par ailleurs, l’ampleur de l’invasion de l’Ukraine par la Russie n’est pas la même que celle de l’annexion de la Crimée. L’Union européenne a justifié sa décision de suspendre la chaîne par le paquet de sanctions contre toutes les entités russes.

Est-ce que cette suspension pose un certain nombre de questions sur la liberté de la presse en Europe ?

M. A. Interdire un média dans une démocratie libérale n’est jamais un geste anodin. Même s’il s’agit d’un média propagandiste comme RT France. C’est ce qui distingue un système pluraliste d’un système autoritaire où l’unanimisme règne. En Russie, depuis le début de la guerre en Ukraine, on a vu la disparition de plusieurs médias indépendants. Il s’agit tout de même d’une suspension, ce qui sous-entend qu’une fois le conflit terminé, une réouverture sera envisageable. Mais il est clair que la chaîne n’aura plus la même crédibilité si elle revient en France.

Est-ce que cette décision entraînera un assouplissement de la ligne éditoriale du RT par rapport au Kremlin ?

M. A. Je ne pense pas. En interdisant RT, le droit communautaire a pris le dessus sur le droit national. L’Arcom, qui avait un effet dissuasif sur la chaîne, a été court-circuitée. Cela signifie que RT France n’a plus de convention auprès du CSA. La rédaction française est en pleine recomposition. Il peut y avoir une recentralisation d’une partie de la rédaction à Moscou.

Recueilli par Cem Taylan

[LE RÉSUMÉ] La remise des prix des Assises 2022

Les prix des Assises 2022, présidés par la journaliste Manon Loizeau, ont été remis jeudi 12 mai , aux lauréats. Le livre Les Fossoyeurs, de Victor Castenet, a notamment été récompensé du Prix du livre de journalisme.

Photo : Amandine Hivert / EPJT

Le Grand prix du journalisme Michèle-Léridon. Il récompense la ou le journaliste, le média, le collectif ou l’action éditoriale qui a le mieux honoré les valeurs du journalisme lors de l’année écoulée. Le lauréat est le journal russe Novaïa GAZETA, et son rédacteur en chef Dmitri Mouratov, pour sa lutte en faveur de la liberté d’expression en Russie. « Dans un an nous allons fêter les 30 ans de notre rédaction, nous espérons pouvoir fêter cela après la fin de la guerre pour célébrer la démocratie. »

Le Prix du livre du journalisme. Prix parrainé par la ville de Tours. Il a été décerné à Victor Castanet pour Les Fossoyeurs (éditions Fayard). « Il a fallu du temps et les moyens afin d’enquêter sur ce sujet. Je suis fier de ce prix car il vient encourager le travail d’investigation qui ne se vend pas forcément mieux que d’autres formats et qui coûtent cher », a expliqué le lauréat.

Le Prix recherche sur le journalisme. C’est Maxime Audinet qui a reçu cette récompense pour son livre Russia Today (RT). Un média d’influence au service de l’Etat russe (INA éditions). Le chercheur a rappelé que « cette guerre a eu l’effet d’une bombe notamment en asséchant les médias russes indépendants. Mais il y a eu un effet très fort sur les chercheurs russes qui ont été expulsés de leur université ou qui ont dû quitter leur pays. Nous nous devons aujourd’hui de les soutenir ».

Le Prix enquête et reportage. Il est remis par vingt-huit étudiants issus des quatorze écoles de journalisme reconnues par la Conférence des écoles de journalisme (CEJ) dont l’EPJT fait partie. Cette année cette récompense a été remise à « Mécaniques du journalisme, le podcast. Saison 9 : Fixeur les yeux et les oreilles du reporter ». C’est une série en quatre épisodes pour France Culture, signée Alain Lewkowicz, réalisée par Vincent Decque, et coordonnée par Grégory Philipps. Léo Humbert et Héloïse Weisz, journalistes en formation à l’EPJT, étaient sur scène pour expliquer ce choix : « Décerner cette récompense, c’est mettre en avant le travail indispensable des fixeurs, notamment en terrain difficile comme en Ukraine ou au Sahel. » Alain Lewkowicz a envoyé une vidéo depuis Verdun expliquant : « Il nous semblait fondamental de rendre hommage a toutes ces femme, à tous ces hommes qui se mettent en danger pour nous permettre de raconter le monde. » 

Amandine Ollier

[LE RÉSUMÉ] Propagande, censure et vérité dans la guerre

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Propagande, censure et vérité dans la guerre »

Photo : Cem Taylan/ EPJT

Avec Hervé Brusini, président du Comité Albert-Londres, Manon Loizeau, grande reportrice et lauréate du Prix Albert-Londres en 2006, Elodie Martinez, journaliste pour « AFP Factcheck » et Elsa Vidal, rédactrice en chef du service en langue russe à RFI. Animé par Maxime Audinet, chercheur et auteur de Russia Today : un média d’influence au service de l’État russe.

 

 

Les enjeux

Comment couvrir la guerre en Ukraine dans un contexte d’extrême polarisation des médias ? Comment mettre en récit deux visions antagonistes ? Quelle place accorder aux émotions ? Témoignages et réflexions sur le rôle des journalistes face à la propagande, la censure et la vérité dans la guerre.

 

Ce qu’ils ont dit

Hervé Brusini : « Aujourd’hui, il se passe en France quelque chose qui sort de l’habituel. Les reporters sur place choisissent l’histoire qu’ils racontent. Ils ne sont pas soumis aux ordres de leurs médias. C’est très précieux. »

« Nous, journalistes, nous luttons pour la bonne santé de la vérité. L’idéal serait que tous les reporters s’unissent pour créer une même base de données et d’informations. Les grands médias européens devraient s’unir pour documenter les faits et pour les délivrer à la justice internationale. »

Manon Loizeau : « Quand j’ai couvert la guerre de Tchétchénie pour Canal+, j’étais assez jeune. Je pensais que j’étais en sécurité. J’ai appris, dix ans plus tard, que ce n’était pas le cas. Beaucoup de jeunes journalistes meurent sur le terrain, c’est très dangereux pour eux d’aller en Ukraine, même avec un fixeur. »

« Lorsque j’ai publié mon documentaire sur les femmes syriennes violées, l’État syrien a accusé les services secrets français d’être à l’origine du documentaire et les victimes d’être des comédiennes. Il se passe la même chose en Ukraine aujourd’hui. »

Elodie Martinez : « Aujourd’hui, il n’y a pas une guerre de l’information mais une guerre de la désinformation. Les vérificateurs de l’AFP ont publié 818 articles sur la désinformation sur la guerre en Ukraine. Les fake news n’ont plus de frontières, elles sont dans toutes les langues. »

« Quand l’AFP n’a pas de photographe ou de vidéaste sur place, elle regarde les publications sur les réseaux sociaux. Elle vérifie leur authenticité grâce à des outils comme la géolocalisation. »

Elsa Vidal : « En Russie, du fait de l’héritage soviétique, il n’y a pas de société civile indépendante. L’action médiatique est de fait conçue comme une manière de mettre en valeur l’État russe. »

« Notre travail est de rendre compte des différentes expériences sur le terrain, de pouvoir distinguer ce qui relève des faits et ce qui relève des interprétations. Même si on vient de pays différents et qu’on a des points de vue divergents, on doit savoir rester objectif. En tant que correspondante pour RFI à Moscou, j’ai été très exposée à la propagande russe. »

À retenir

Les journalistes de guerre sont souvent confrontés à des choix très difficiles. La propagande, la censure et la vérité sont les plus grands obstacles à la vérité sur les terrains de guerre. 

Cem Taylan

[LE RÉSUMÉ] Lassitude électorale et lassitude médiatique : vraie ou fausse symétrie ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Lassitude électorale et lassitude médiatique : vraie ou fausse symétrie ? »

Photo : Amandine Hivert/EPJT

Rémy Buisine, journaliste et vidéaste pour Brut, Frédéric Carbonne, présentateur du « 12-14 » sur France Info, Cléa Chakraverty, cheffe de rubrique politique et société pour The Conversation, Nolwenn Le Blevennec, rédactrice en chef en charge du numérique de L’Obs et Benoit Raphael, journaliste, directeur de la publication de Flint et expert en innovation digitale et média.
Animé par Aude Carasco, journaliste spécialiste des médias à La Croix.

 

 

 Les enjeux

Le baromètre La Croix sur la confiance dans les médias montre que le désintérêt pour l’actualité n’a jamais été aussi fort que pendant l’élection présidentielle 2022. Au fil des mois qui ont précédé le premier tour, les médias ont mis en avant le fait que cette campagne n’intéressait pas les citoyens. La lassitude politique est-elle le reflet d’une lassitude médiatique ?

Ce qu’ils ont dit

Rémy Buisine : « L’idée à Brut était d’écouter ce que le public avait à dire. Aller voir les professions qui ont souffert pendant ce quinquennat pour connaître leurs revendications et leurs préoccupations. Nous voulions les faire entrer dans le débat. »

« J’ai le sentiment que la profession n’a pas été à la hauteur. Il n’y a pas eu assez de débat, on a peut-être été trop sur la petite phrase et les gens ne s’y sont pas retrouvé. »

Benoit Raphael : « La profusion et l’accélération de la production de l’information crée la peur de louper quelque-chose. C’est un problème d’addiction. »

« La surcharge informationnelle provoque une perte d’attention et pose des problèmes de stress. On peut dire aujourd’hui que l’infobésité est un problème de santé publique. »

« Une des première réponses qu’on peut apporter au problème de surcharge informationnelle, c’est de travailler sur la lenteur. Pour les journalistes, ça peut passer par la production d’information sur le temps long. Ce qu’on a essayé de faire avec Flint c’est d’utiliser l’intelligence artificielle pour créer des newsletters intelligentes qui fonctionnent par curation. »

Nolwenn Le Blevennec : « A L’Obs, on a un traitement de la politique assez institutionnel. On a fait une série, « Douce France », où on demandait aux journalistes de retourner sur les terres de leur enfance pour raconter le changement qui s’est produit en vingt ou trente ans. »

À retenir

Lassitude politique et médiatique sont liées. Il est essentiel aujourd’hui de modifier les pratiques journalistiques pour recréer un lien de confiance et mettre à l’agenda médiatique des sujets différents de ceux imposés par les politiques.

Amandine Hivert

[LE RÉSUMÉ] Concentration des médias : indépendance économique, indépendance éditoriale

Retrouvez l’essentiel de l’événement «Concentration des médias : indépendance économique, indépendance éditoriale»

Photo : Amandine Hivert/EPJT

Animé par  Salomé Saque, journaliste politique et économie pour Blast, avec David Assouline, sénateur de Paris, président délégué du groupe Socialiste, écologiste et républicain et vice-président de la commission culture du Sénat, Cécile Dubois, co-présidente du SPIL et rédactrice en chef de citoyens.com, Emmanuel Gagnier, rédacteur en chef de « Cash investigation » et membre du collectif « Informer n’est pas un délit » et Daphné Ronfard, coordinatrice du pôle plaidoyer pour l’association Un bout des médias.

 

 

Les enjeux

Les médias sont soumis à la même réglementation depuis la loi Léotard, adoptée en 1986. Cependant, la révolution numérique a changé la donne. Et si le phénomène de concentration existe depuis longtemps, il s’est accentué ces dernières années. Une commission d’enquête menée par le Sénat a récemment auditionné les propriétaires des principaux médias. 

Ce qu’ils ont dit

David Assouline : « La commission d’enquête a appelé pour la première fois les vrais propriétaires des médias. Ils étaient obligés de venir et de répondre à des questions sous serment. Ils ont dû s’expliquer sur les raisons pour lesquelles ils se sont tout à coup attachés au monde des médias. Au total, il y a eu 82 personnes auditionnées pendant cent heures.»

« Il m’a fallu six minutes pour énumérer l’ensemble des médias et des maisons d’édition que Vincent Bolloré possède. Le fait qu’il me faille six minutes éclaire l’opinion publique sur ce que représente la concentration des médias.»

Cécile Dubois : « La concentration sectorielle permet de créer des entreprises de presse qui sont robustes. Ce n’est pas forcément un problème. Pour nous, il y a un problème à partir du moment où cette concentration se fait dans le giron d’entreprises qui n’ont rien à voir avec la presse à l’origine. »

« Aujourd’hui, 50 % des aides directes à la presse sont données à des titres qui appartiennent à des groupes dont ce n’est pas l’activité principale.  Ça n’incite pas la presse indépendante à se développer. Pour nous, il faudrait que les objectifs des aides à la presse soient quantifiables et évaluables. »

Emmanuel Gagnier : « Ce qui se passe dans le groupe Bolloré est grave. Mais nous pouvons voir d’autres exemples de censure ou d’autocensure dans les autres grands groupes. Ce n’est pas évident de faire ce recensement mais il faut le faire.»

« Le collectif Informer n’est pas un délit s’est créé face au problème du secret des affaires. Mais aujourd’hui, on milite aussi pour l’indépendance des rédactions. Il faut absolument la sanctuariser sinon on aura la risque d’une intrusion de l’actionnaire dans des sujets qui ne lui plaisent pas.»

Daphné Ronfard : « La loi protège insuffisamment l’indépendance des journalistes au sein des médias. Le modèle du Monde est très parlant. Ils disposent de mécanismes protecteurs comme le droit d’agrément. Ce n’est pas le cas pour d’autres journalistes dans d’autres médias.»

À retenir

En France, neuf millionnaires et milliardaires détiennent plus de 90 % des médias privés. Au lendemain de la commission d’enquête du Sénat, la question de la manière de réagir pour défendre l’indépendance économique et éditoriale des rédactions se pose plus que jamais. Les participants et participantes à la conférence ont fait différentes propositions pour limiter ce phénomène.

Amandine Ollier

[INTERVIEW] Marc Epstein : «La diversité est un enjeu pour la démocratie et l’avenir du journalisme»

Photo : Coline Poiret/EPJT

Marc Epstein, ex-rédacteur en chef du service Monde de L’Express, est président de La Chance, une prépa qui aide des étudiants boursiers à préparer les concours des écoles de journalisme. Lors des Assises du journalisme de Tours, il est intervenu pour témoigner de l’urgence de diversifier les profils dans les rédactions.

Vous faites état d’un manque de diversité dans le milieu du journalisme et ce, dès la formation. C’est d’ailleurs dans ce but que vous avez créer le dispositif de La Chance. Avez-vous constaté une évolution dans le milieu ?

Marc Epstein. Depuis une quinzaine d’années que l’on existe, j’ai en effet constaté des changements. Au tout début, les gens étaient surpris qu’il y ait ce besoin d’un soutien. Pour ces personnes, les concours étaient un système juste qui garantissait une égalité des chances. Ils y voyaient un moyen d’évaluer les candidats sur leurs compétences et d’éviter les discriminations. Mais ils ne comprenaient pas que, si la ligne d’arrivée est la même, la ligne départ est différente pour chacun. Aujourd’hui, grâce aux efforts des différents dispositifs comme La Chance, il y a de plus en plus de boursiers dans les écoles de journalisme.

Lors de la conférence, vous évoquiez la lenteur de l’évolution dans les rédactions. Quels sont les freins qui ralentissent l’intégration des personnes issues de la diversité dans la profession ?

M. E. Je pense que cela s’inscrit dans une tradition française. Ce sont des facteurs profonds qui sont l’héritage d’un idéal révolutionnaire qui dicte une égalité entre tous. En France, on a aussi une difficulté à penser qu’il y a une diversité : des parcours, des origines sociales ou des situations de handicaps… On partage un idéal républicain aveugle à nos différences. Et si on ne les considère pas, on ne peut pas les traiter correctement. C’est comme ça que le manque de diversité dans les rédactions est d’une grande violence pour les journalistes et leur public.

Défendre la place de la diversité dans les rédactions est encore un poids souvent réservé aux personnes concernées. Mais les intervenants de la table ronde s’accordent pour dire que cela doit être le combat de tous et surtout des médias et de leurs directions. Qu’en pensez-vous  ?

M. E. L’absence de la diversité, c’est le souci des rédactions et pas celui des personnes issues de la diversité. Parce qu’une rédaction qui a des journalistes aux profils différents incarne mieux la réalité. Tant dans la représentation de la société que dans son traitement de l’information. Les différents titres ont à cœur d’être appréciés et d’offrir à leur public des sujets qui les touchent. Sinon, ils risquent de perdre leur audience qui se tournera vers les réseaux sociaux, où les algorithmes renvoient vers un entre-soi. La diversité, c’est un enjeu qui concerne l’équité sociale mais aussi la démocratie et l’avenir du journalisme.

Recueilli par Coline Poiret

[INTERVIEW] Haydée Sabéran : « Une série de photoreportage est toujours un travail extrêmement long »

Photo : Prunelle Menu/EPJT

Haydée Sabéran est rédactrice en chef adjointe de la revue photographique 6 mois. également responsable du pôle narration, elle nous explique le processus d’élaboration de la revue. Le temps et la coopération sont pour elle les deux principes essentiels pour produire un travail de qualité.

Quelle place occupent les textes et les légendes dans une revue photographique telle que 6 mois ?

Haydée Sabéran. Les légendes des photos sont les mots des photographes. Nous les interviewons pour construire avec eux le récit qui accompagne leurs images. Les mots complètent les photos. Mais l’histoire doit tenir indépendamment des images. Si on masque les photos, on doit pouvoir comprendre la narration toute seule, et inversement.

Quelles sont les consignes que vous donnez à vos photographes avant d’aller sur le terrain ?

H. S. Nous ne leur donnons aucune consigne, car nous ne les envoyons pas sur le terrain. Ce n’est pas comme ça que nous fonctionnons. Nous ne commandons pas de récits. Nos photographes partent en quête d’images et de narrations. Ils travaillent sur le temps long, des mois voire des années. Ce qui va nous intéresser, c’est un travail de long terme qui traduise en profondeur une réalité d’aujourd’hui.

Selon vous, quel est le secret d’une photo réussie ?

H.S. Le temps. C’est la réponse la plus naturelle qui me vient. Nous cherchons à maintenir un travail de qualité et celui-ci n’est possible que si l’on prend le temps, aussi bien sur le terrain pour les photographes qu’a posteriori au sein de la rédaction. Nous pouvons passer trois heures à interviewer un photographe et ça ne pose souvent pas de problème aux interlocuteurs. Ils sont même plutôt touchés qu’on leur accorde autant de temps. Une série de photoreportage est toujours un travail extrêmement long.

Comment vous organisez-vous avec les photographes pour la partie rédaction ?

H. S. C’est un travail à faire ensemble. J’aime bien dire que nous partons en reportage dans la tête du photographe. C’est lui ou elle qui se trouvait sur le terrain. A nous de prendre le temps de les écouter, de poser les bonnes questions pour que les légendes soient les plus riches, les plus complètes possibles. Qu’elles racontent par exemple le hors-champ. Parfois, les photographes ne veulent pas trop en dire, certains souhaiteraient que la photo parle d’elle-même, donc il arrive qu’on soit dans une forme de négociation avec eux. Notre mission est de faire du journalisme, donc il faut être le plus précis possible. Mais nous cherchons toujours à respecter le pacte que les photographes ont passé avec les personnes photographiées.

 

Recueilli par Prunelle Menu

[LE RÉSUMÉ] Les organisations professionnelles interpellent les politiques

Retrouvez l’essentiel de l’événement « les organisations professionnelles interpellent les politiques »

Sonia Reyne, Jean-Christophe Boulanger, Christophe Deloire, Yoann Labroux-Satabin et Emmanuel Poupard débattent de l’indépendance des médias et de la liberté de la presse. Photo : Lilian Ripert/EPJT

Animé par Isabelle Bords, journaliste à Ouest-France, avec Sonia Reyne, journaliste pigiste membre du bureau de la SNJ-CGT, Jean-Christophe Boulanger, président de Contexte et ex-président du SPIL, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, Yoann Labroux-Satabin, journaliste pigiste élu CFDT et à la CCIJP et Emmanuel Poupard, premier secrétaire du SNJ.

 

 

Les enjeux

Dans un contexte de crise économique et de concentration des médias, les organisations professionnelles militent pour mieux protéger la liberté de la presse et permettre aux rédactions de se défendre contre les pressions.

 

Ce qu’ils ont dit

Sonia Reyne : « On a besoin d’une volonté politique affirmée de lutte contre la concentration des médias. »

« Il y a urgence. Nous souhaitons lancer avec les autres syndicats un mouvement pour lutter contre la suppression de la redevance audiovisuelle. Cela affaiblirait encore plus le service public. »

«Le vrai problème est de savoir comment on s’oppose à des personnes comme Vincent Bolloré. Il faut vraiment réfléchir à comment on redistribue les aides à la presse pour permettre une plus grande pluralité. »

Yoann Labroux-Satabin : « Il y a besoin d’avoir une revalorisation des salaires des journalistes et particulièrement dans la pige. Un feuillet à moins de 60 euros nous paraît absolument impensable. »

«Il manque une grande instance indépendante de régulation des médias. Ce n’est pas le cas de l’Arcom.  »

Jean-Christophe Boulanger : « Les aides à la presse représentent 20 % des revenus des médias. Ce que l’on reproche, c’est qu’elles se concentrent majoritairement sur les journaux alors qu’aujourd’hui l’information est plurielle avec le numérique. »

Christophe Deloire revient en avant-propos sur l’enlèvement du journaliste français Olivier Dubois au Mali en avril 2021. Des applaudissements résonnent dans la salle.

« RSF a formulé dix propositions très concrètes pour protéger le journalisme au début de la présidentielle, reprises en grande partie dans la dernière semaine par La France insoumise et par Emmanuel Macron. »

Emmanuel Poupard : « La première règle pour qu’un journaliste fasse bien son métier est de lui donner de bonnes conditions de travail et un bon salaire. »

« On est toujours favorable à donner un droit d’opposition collective aux rédactions pour se protéger des pressions extérieures. Il faut leur redonner du pouvoir. »

« La loi Bloche de 2016 a permis de négocier une charte de déontologie au sein de la profession. La déontologie à géométrie variable, ça ne fonctionnera jamais. »

 

 À retenir

Les intervenants s’accordent sur le constat que la loi doit accroître la protection des journalistes pour réduire le risque de pression extérieure sur les rédactions. Ils estiment également que la redevance audiovisuelle doit être maintenue au risque d’affaiblir le service public.

Lilian Ripert

[LE RÉSUMÉ] Traiter d’un objet politique non identifié : le mouvement des gilets jaunes

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Les entretiens de l’info. Traiter d’un objet politique non identifié : le mouvement des gilets jaunes ».
Photo : Prunelle Menu/EPJT
Animé par Jean-Marie Charon, sociologue, spécialisé dans l’étude des médias et du journalisme et Arnaud Mercier, professeur en communication et responsable de la licence communication à l’IFP, avec Maïté Darnault, journaliste indépendante à Les Jours, Eric Lagneau, journaliste à l’AFP, Aline Leclerc, grande reportrice au Monde et Mickael Tassard, rédacteur en chef du Courrier Picard et Fabrice Valery, journaliste à France 3 Toulouse.

 

es Les enjeux

Plus de trois ans après le mouvement des Gilets jaunes, le sujet de son traitement médiatique est encore discuté. Jean-Marie Charon et Arnaud Mercier ont publié Les gilets jaunes : un défi journalistique le 3 mai 2022. Ils reviennent sur les différentes difficultés rencontrées par les journalistes sur le terrain.

Ce qu’ils ont dit

Aline Leclerc : « Luc Bronner, directeur des rédactions du Monde en 2018, a eu l’idée de me nommer au début de la crise pour suivre les conséquences économiques et sociales sur la vie des Français. Je suis là pour voir ce qu’il va arriver. Et je suis persuadée qu’on pouvait voir arriver ce mouvement. »

« Après le 1er décembre 2018, je me suis dit « je veux un casque », « je veux des protections contre les bombes lacrymogènes ». Vous arrivez dans un truc délirant tous les samedis. Il y a eu un déferlement de violence, sur les réseaux sociaux également. On vous répète sans cesse que vous êtes la honte du journalisme. »

Mickael Tassart : « On s’est aperçu tard de la montée de la colère au sein des Gilets jaunes. On aurait dû la voir parce que c’est notre boulot. »

« Ce que je retiens de cet épisode, c’est qu’on aurait dû voir le mouvement arriver. On doit être davantage au contact des gens. »

Maïté Darnault : « J’ai couvert deux manifestations régionales pour Libération, à Lyon et à Valence. J’ai constaté que la présence du journaliste lors de ces manifs induit un biais dans ce qui est en train de se passer.»

« Expliquer le métier de journaliste a été une constance. Lors de mes reportages, j’ai pu expliquer mon statut financier. Parfois, je gagne comme eux. Parfois, je gagne plus. Créer un échange et un lien de proximité m’a paru important. »

Fabrice Valéry : « On a choisi d’utiliser Twitter pour de l’information factuelle, des photos par exemple, et Facebook pour faire des lives vidéo. Ces lives étaient commentés pendant plusieurs heures. Avec le mouvement des Gilets jaunes, nous avons changé nos pratiques journalistiques.»

« J’ai toujours pensé que ce métier devait être plus ouvert à des gens de toutes origines et que les étudiants ne devaient pas être trop formatés par les écoles de journalisme. »

Eric Lagneau : « La médiatisation des Gilets jaunes a fait partie du mouvement social. Qu’il s’agisse des médias traditionnels ou des médias créés par les Gilets Jaunes eux-mêmes sur les réseaux sociaux.»

« Il était important pour nous de coordonner le travail qu’on faisait partout en France.»

À retenir

Sujet « passionné et passionnant », comme l’a décrit Arnaud Mercier, le mouvement des Gilets jaunes a remis en question de nombreux principes journalistiques alors que la défiance envers les médias s’est accrue. Les journalistes se disent désormais plus vigilants et se veulent plus proches des publics pour mieux anticiper de nouveaux mouvements sociaux.

Prunelle Menu

[LE RÉSUMÉ] Diversité dans les rédactions: il reste tant à faire…

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Diversité dans les rédactions. Il reste tant à faire… ».

Photo : Coline Poiret/EPJT

Animé par Nordine Nabili, directeur de la formation « Journalisme » à l’Institut des Hautes Etudes des Communications Sociales, avec Emilie Cochaud-Kaminski, journaliste indépendante et ex-bénéficiaire de La Chance, Geoffrey Lopes, journaliste à LCI, ex-bénéficiaire du la Prépa égalité des chances de l’ESJ-Bondy Blog, N’fanteh Minteh, journaliste pour France 3 TV Bretagne et ex étudiante à l’EMI-CFD, Martin Zuber, journaliste indépendant, ex-bénéficiaire de La Chance, Rachel Bertout, responsable de la prépa Egalité des chances de l’ESJ Lille, Pascale Colisson, professeure et chargée de la mission Egalité et lutte contre les discriminations à l’IPJ Dauphine, David Eloy, co-directeur de l’EMI-CFD, Marc Epstein, président de La Chance et Maxime Lefebure, chargé de mission Ressources Humaines à Médiapart.

Les enjeux

La parole est aux jeunes journalistes et aux acteurs du milieu professionnel pour échanger sur la place de la diversité dans les rédactions. Ensemble, ils font état des avancées et surtout des choses qui restent à accomplir pour garantir l’égalité des chances.

Ce qu’ils ont dit

Nordine Nabili : « C’est l’heure de mettre le doigt où ça fait mal. Il y a eu des progrès mais la profession est lente en termes d’égalité. Est-ce que la question de la diversité dans les médias est d’ordre social ou est-ce du marketing pour valoriser les rédactions ? »

Emilie Cochaud-Kaminski : « La question de la confiance en soi est centrale dans ce milieu. J’ai fait les mêmes études que les gens que je retrouve dans les rédactions, mais il y a toujours ce syndrome de l’imposteur.  »

Geoffrey Lopes : « J’ai toujours entendu qu’en tant que journaliste en situation de handicap, j’étais le porte étendard de cette différence. J’ai une part à jouer sur le handicap, c’est vrai. Mais je veux être journaliste et juste faire mon métier. »

N’fanteh Minteh« Je suis fatiguée de voir que la diversité est seulement notre affaire. J’en ai marre de devoir me battre, c’est un enjeu de notre profession qui doit concerner tout le monde. »

Pascale Colisson : « Il faut tout le temps se battre pour instaurer l’égalité dans les écoles de journalisme. C’est un combat quotidien pour protéger les étudiants et pas seulement pour avoir un beau macaron. »

David Eloy : « Dès la création de la formation EMI CFD, la volonté a été de transformer la sociologie de la profession question de l’égalité des chances s’inscrit dans notre démarche. »

Maxime Lefebure : « Il faut déconstruire tout le processus de recrutement pour promouvoir la diversité. Par exemple, on fait attention à la façon dont on rédige nos offres d’emploi car on sait que ça peut influencer sur l’autocensure des candidates et candidats. »

Marc Epstein : « Nous vivons dans un pays où la diversité de la société n’est pas incarnée, que ce soit dans les médias mais également dans les fictions. »

À retenir

Le journalisme est un combat sur une multitude de plans, la diversité est l’un d’eux. C’est dans l’optique de mettre fin à une inégalité des chances récurrente que les acteurs mettent en place des prépa qui accompagnent les étudiants et les jeunes journalistes. Mais une fois au sein des rédactions, ces personnes se sentent parfois réduits au statut de « caution diversité ». En réponse, le message des intervenants est clair : « La diversité ne doit rien rapporter de particulier, elle doit simplement être acceptée. »

Coline Poiret

[LE RÉSUMÉ] Médias et journalisme en Ukraine et Russie : informer en temps de guerre

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Médias et journalisme en Ukraine et Russie: informer en temps de guerre ».

Photo : Cem Taylan/ EPJT

Animé par Loïc Ballarini, enseignant-chercheur à l’Université de Rennes 1 et Simon Gadras, enseignant-chercheur à l’Université Lumière Lyon 2, avec Maxime Audinet, chercheur et auteur de Russia Today : un média d’influence au service de l’État russeValentina Dymytrova, enseignante-chercheure en sciences de l’information et de la communication, enseignante à l’Université Lyon 3, Alexander Kondatrov, maître de conférences en science de l’information et de la communication à l’Université Clermont Auvergne.

 

Les enjeux

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les paysages médiatiques russe et ukrainien connaissent des reconfigurations importantes. Le brouillage entre sphère politique et médiatique met en danger l’indépendance éditoriale des médias des deux pays. Dans cette guerre de l’information, les médias détournent parfois les codes déontologiques au nom de l’unité nationale.

 Ce qu’ils ont dit

Maxime Audinet : « Depuis le début de la guerre en Ukraine, on observe un assèchement total du paysage médiatique russe. La loi de mars, qui criminalise la propagation de fausses informations sur l’armée, a consolidé cette tendance. Pour s’informer librement, les Russes n’ont d’autres moyens que de trouver des stratégies de détournement.»

« Il faut distinguer les médias publics et les médias d’État. Russia Today est le porte-parole du Kremlin. Des médias comme RFI, n’ont pas le même rapport au pouvoir. Cela s’observe dans la couverture d’événements qui ont un intérêt stratégique pour l’État.» 

Alexander Kondatrov : « En Russie, il n’y a pas de distinction entre les sphères politique et médiatique. Il y a deux types de journalisme : le premier, inspiré du modèle occidental, est un journalisme pour l’intérêt public. En revanche, le deuxième est exercé par des serviteurs de l’État, qui sont prêts à bricoler la vérité pour servir les intérêts de ces dernier. Pour les journalistes proches du pouvoir, couvrir la guerre est un moyen de monter en grade dans leur chaîne.»

« Les médias russes ont tendance à diffuser des spectacles de pouvoir, comme des défilés militaires ou la célébration de la Pâque orthodoxe. C’est une manière de créer des liens avec les spectateurs et de faire adhérer les Russes aux discours du Kremlin. »

Valentina Dymytrova : « En Ukraine, depuis le début de la guerre, il y a une uniformisation des JT. Il y a un alignement entre les discours de Zelensky et les contenus médiatiques. Cela pose la question de l’indépendance éditoriale sous prétexte d’unité nationale.»

« Auparavant, les oligarques avaient le dessus sur la ligne éditoriale des médias. Avec la guerre, l’influence du gouvernement ukrainien a considérablement augmenté. Volodymyr Zelensky utilise les médias pour donner des messages de solidarité. Le pouvoir ukrainien essaye de mettre en place un soft power pour sensibiliser le public international avec la cause ukrainienne. »

À retenir

La guerre en Ukraine a  transformé les paysages médiatiques russe et ukrainien. Alors que les médias russes sont devenus encore plus rigides sur leurs contenus, les médias ukrainiens se sont transformés en une caisse de résonnance du gouvernement sous prétexte d’unité nationale. 

Cem Taylan

[LE RÉSUMÉ] Comment expliquer la guerre aux enfants ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « COMMENT EXPLIQUER LA GUERRE AUX ENFANTS ? ».

Photo : Sélim Oumeddour/Epjt

Animé par Aurélie Kieffer, journaliste pour France Culture, avec Marie-Noëlle CLEMENT psychiatre, psychothérapeute, directrice de l’hôpital de jour pour enfants du CEREP-PHYMENTIN  ; Serge Barbet, directeur délégué au CLEMI ; Jean-Yves DANA, rédacteur en chef OKAPI (Bayard) ; Mathieu Pays, rédacteur en chef de FRITZ le mag ; Camille Laurans, rédactrice en chef d’Un Jour une Actu (Milan Presse) ; Serge BARBET, directeur délégué du CLEMI.

 

 

Les enjeux

La guerre en Ukraine a commencé le 24 février 2022. Comment aborder le conflit auprès des enfants ? Quels thèmes faut-il aborder ou éviter ?

Ce qu’ils ont dit

Jean-Yves Dana : « Les parents nous contactent car ils comptent sur nous pour leur donner des clés pour parler du conflit ukrainien avec leurs enfants. »

« On a lancé un compte TikTok qui a atteint le million de vues. On se doit d’aller sur ces plateformes car c’est à ce public là qu’on s’adresse, même si on informe sur les dangers des réseaux sociaux. »

Camille Laurans : « On fait le choix de doser et de fournir petit à petit des clés de compréhension pour les enfants. On évite l’immersion dans l’émotion en privilégiant la compréhension. »

« Sur la durée du conflit, on ne fait pas de suivi jour par jour. On ne montre pas d’images difficiles à voir et on essaie d’en parler autrement, avec des acteurs qui agissent autour de ce conflit. On essaie de trouver des actions positives pour faire la balance avec la dureté des événements. »

Serge Barbet : « Les enseignants doivent être plus formés à l’accueil, y compris émotionnel, des enfants. On a beaucoup progressé mais il reste beaucoup de travail à faire. »

« Il est important de former les enfants, de tout âge, sur les fondamentaux de l’information en démocratie. »

À retenir

Aujourd’hui, les enfants entendent parler de tous les sujets, notamment via les réseaux sociaux. Il faut donc apprendre à les aborder avec eux et leur donner les clés pour mieux comprendre ce qu’il se passe. L’accent doit être mis sur l’éducation aux médias et la bonne gestion des émotions auxquelles les enfants sont sujets.

Sélim Oumeddour

[LE RÉSUMÉ] Presse et élections : une très longue histoire…

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Presse et élections : une très longue histoire… »

Photo : Lilian Ripert/EPJT

Animé par Isabelle Garcin-Marrou, enseignante-chercheure à l’IEP de Lyon, avec Géraldine Delacroix, journaliste à Mediapart, Etienne Manchette, responsable contenus et partenariats Retronews Bnf et Claire Blandin, enseignante-chercheure à l’Université Sorbonne Paris-Nord.

 

 

Les enjeux

L’importance de la presse dans le débat politique ne date pas d’hier. Les élections législatives de 1936 ont notamment été marquées par la violence de la couverture médiatique contre certains candidats et l’apparition de la radio. Un parallèle peut-il être fait avec la présidentielle de 2022 ?

Ce qu’ils ont dit

Claire Blandin : « Après la Première Guerre mondiale, on est dans un paysage médiatique en recomposition. C’est la première élection où la radio va rentrer dans ce temps de la campagne. »

« Il se passe quelque chose autour de la campagne radiodiffusée. Léon Blum trouve un ton pour parler à la radio alors que Maurice Thorez ne réussit pas à s’emparer de la forme de ce média. La violence de cette campagne est réelle. Il y a une propagation de la photo de Léon Blum dans la presse suite à son agression par les Camelots du roi. Dans le journal Action Française, Charles Maurras explique qu’il faut le « fusiller, mais dans le dos ». »

Etienne Manchette : « Le journal Paris-soir vient balayer le vieux modèle du journalisme. Il y a de la photo, une grosse titraille, de l’information internationale à gogo… Tous les éléments de la presse moderne. »

Géraldine Delacroix : « Cette violence [décrite] me fait penser à ce que l’on voit sur Twitter aujourd’hui. »

A propos de la campagne 2022 : « On a senti qu’il se passait quelque chose à gauche. Beaucoup d’électeurs et d’électrices se sont tournés vers le vote utile pour Jean-Luc Mélenchon. On s’est demandé si on devait inciter les gens à aller voter ou non. »

« Pendant l’entre-deux-tours, on s’est également posé la question de savoir s’il fallait voter pour Emmanuel Macron, car le faire pour Marine Le Pen n’était pas une option. Edwy Plenel a publié un édito « Contre Le Pen, voter dans la douleur pour conjurer l’effroi ». »

À retenir

L’arrivée de la radio dans la campagne de 1936 a bousculé les pratiques. Certains candidats s’en emparent mais d’autres comme Maurice Thorez, tribun politique, n’arrivent pas à trouver le ton pour parler aux Français. Pour les intervenants, les années 1930 sont un tournant dans la presse.

Lilian Ripert

[LE RÉSUMÉ] Couverture de l’élection présidentielle : audience de la politique, politique de l’audience

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Retour sur la couverture de l’élection présidentielle : audience de la politique, politique de l’audience ».

Photo : Zoé Keunebroek/EPJT

Animé par Francis Letellier, journaliste et présentateur pour France Télévisions, avec Philippe Corbé, chef du service politique de BFMTV, Laurent Guimier, directeur de l’information de France Télévisions et Clea Chakraverty, cheffe de la rubrique Politique et Société de The Conversation France.

 

Les enjeux

Le débat s’ouvre sur un constat : le débat de l’entre-deux-tours a été le moins regardé de l’histoire de la télévision avec 15 millions de téléspectateurs. Est-ce parce que la télévision intéresse moins ? La télévision régit-elle toujours le débat présidentiel ?

Ce qu’ils ont dit

Cléa Chakraverty : « S’il y a eu de nombreux débats télévisés durant la campagne, ils n’ont pas pour autant abordé les thèmes de fond. Il est évident que la chose politique a été désacralisée. »

« Les débats médiatiques sont finalement le climax de ce qui existait déjà sur les réseaux sociaux. Et cela se vérifie avec Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon dont les mouvements étaient très actifs sur ces réseaux. »

Philippe Corbé : « Les règles du débat en France sont à peu près les mêmes depuis 1974, et c’est un peu dommage qu’elles n’aient pas changé depuis. »

« Concernant le débat de l’entre-deux tours, nous avons vraiment essayé d’organiser ce débat qui ne s’est finalement pas fait. Cette campagne s’est peut-être finalement plus jouée sur les radios d’information. »

Laurent Guimier : « La politique à la télévision continue à faire beaucoup d’audience, quel que soit le candidat. Pour l’émission 20h22, on a gardé à chaque fois près de 80 % des téléspectateurs entre la fin du 20 H et le début de l’émission. »

« Je ne pense pas qu’Éric Zemmour avait une place importante dans le début public. Il avait une place importante dans le débat médiatique, oui. Il a eu la place que certains médias d’information voulaient lui donner pour faire de l’audience. »

À retenir

La télévision reste le principal média d’information politique même chez les plus jeunes. Malgré tout, son audience baisse et elle doit se réinventer pour continuer à rester un acteur majeur du débat politique en France.

Zoé Keunebroek

[LE RÉSUMÉ] Afghanistan, parole aux artistes et aux journalistes en exil

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Afghanistan, parole aux artistes et aux journalistes en exil ».
Noorwali Khpalwak, Mortaza Behboudi, Darline Cothière, Mariam Mana et Solène Chalvon-Fioriti se sont réunis pour parler des journalistes en Afghanistan. Photo : Marion Galard / EPJT
Animée par Darline Cothière, directrice de la Maison des journalistes, avec Mortaza Behboudi, journaliste indépendant ; Solène Chalvon-Fioriti, grande reporter et réalisatrice ; Noorwali Khpalwak, journaliste afghan réfugié à La Maison des journalistes et Mariam Mana, correspondante pour Volant Media (Afghanistan International).

 

Les enjeux

Le 15 août 2021, les Talibans prennent la capitale de l’Afghanistan, Kaboul. De nombreux journalistes et artistes sont sous le choc. Ils subissent alors une répression grandissante et beaucoup cherchent à fuir. Certains d’entre eux arrivent en France. Des mois plus tard, le soir du mercredi 11 mai 2022, des artistes réfugiés afghans présentent pour la première fois sur scène leur spectacle « Kaboul, le 15 août 2021 » au théâtre Olympia de Tours. Mêlant danse, chant, théâtre et poésie, ce spectacle raconte la vie et la fuite des Afghans à partir du 15 août. Après le spectacle, une conférence a eu lieu avec des journalistes afghans sur la situation du journalisme dans leur pays d’origine.

Ce qu’ils ont dit

Noorwali Khpalwak, arrivé en France récemment, il s’exprime en anglais : « J’ai vu la nouvelle de la prise de Kaboul sur mon téléphone le 15 août 2021 quand je me suis réveillé. Je n’ai pas cru ces informations au départ. Je voulais aller voir mes collègues au bureau alors j’y suis allé. Ils étaient terrifiés. On n’aurait pas pu imaginer que vingt ans de progrès allait disparaitre en une minute. »

« Je suis parti de chez moi le lendemain matin avec un habit similaire à ceux des talibans pour passer inaperçu. Jusqu’au 24 août, j’étais caché dans un lieu secret. Je n’ai pas pu dire au revoir à ma femme et mes enfants, il n’y avait pas le temps de se dire au revoir. Ma famille est au Pakistan maintenant. »

Solène Chalvon-Fioriti : « Cela fait dix ans que je travaille en Afghanistan. On dit de nous, les femmes occidentales, que nous sommes le troisième genre. C’est un atout indéniable en tant que journaliste. On pouvait discuter avec des chefs de guerre car ils ne nous prennent pas au sérieux. »

« Maintenant, je peux interviewer un ministre taliban alors que les médias locaux ont du mal à obtenir les autorisations pour exister. »

« Les femmes journalistes et parlementaires étaient avant les talibans mal considérées. C’est une terreur civile de genre : les hommes sont garants de ce qui va arriver aux femmes. Il faut continuer d’accueillir ces femmes journalistes car certaines se cachent actuellement dans des caves à Kaboul et la plupart n’ont pas pu partir en août 2021. »

Mariam Mana : « Pour les journalistes qui travaillent sur l’Afghanistan, les nouvelles sont toujours effrayantes. J’ai peur quand je commence ma journée à 7 heures de regarder les informations. »

« En Afghanistan, il y a un blackout médiatique : tous les médias sont censurés ou les journalistes sont partis. Nous utilisons sur Volant Media les vidéos que les citoyens afghans nous envoient sur WhatsApp, elles représentent peut-être 40 % de nos vidéos. »

Mortaza Behboudi : « Je reçois des appels d’urgence, parfois pendant la nuit à 3 ou 4 heures du matin, pour aider à faire évacuer des journalistes afghans. »

« Je retourne régulièrement en Afghanistan, pour le journalisme surtout. C’est assez dangereux mais je vais y retourner bientôt. »

À retenir

Le journalisme en Afghanistan est en péril. La plupart des journalistes ont fui ou ne peuvent plus travailler. Des journalistes réfugiés ont été accueillis en France mais ceux restés sur place, en particulier les femmes, s’exposent à des risques. Une correspondante de l’AFP en Afghanistan présente dans la salle a d’ailleurs subi plusieurs menaces. L’évacuation des journalistes vers d’autres pays est difficile. Mortaza Behboudi, en France depuis 2015 et qui a obtenu la nationalité française, aide ses confrères à sortir d’Afghanistan. Il a reçu un appel pendant la conférence pour aider une présentatrice à venir en France, une bonne nouvelle qui a provoqué les applaudissements de la salle.

Marion Galard

[LE RÉSUMÉ] Baromètre Viavoice : utilité du journalisme, guerre en Ukraine et campagne présidentielle

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Conférence sur l’utilité du journalisme et le baromètre Viavoice 2022 »

Stewart Chau, Nathalie Saint-Criqc, Cyril Petit, Nabil Aoudi et Eric Valmir se sont rassemblés pour parler du baromètre 2022 sur l’utilité du journalisme. Photo : Marion Galard/EPJT

 

Les participants à cette conférence sont Nabil Aouadi, directeur de la coordination éditoriale de France Médias Monde, Stewart Chau, directeur des études politiques et opinions de Viavoice, Nathalie Saint-Cricq, journaliste et éditorialiste du service politique à France Télévisions, Cyril Petit, journaliste, Eric Valmir, secrétaire général de l’information de Radio France.

Les enjeux

90 % des Français trouvent que le journalisme est un métier utile. C’est ce que révèle l’enquête réalisée pour les Assises par l’institut Viavoice, en partenariat avec France Télévisions, France Médias Monde, Le Journal du dimanche et Radio France. Cette étude dévoile chaque année les attentes des Français envers les journalistes, l’information et les médias. En 2022, elle aborde également l’avis des Français sur le traitement médiatique de la guerre en Ukraine et de la campagne présidentielle.

Ce qu’ils ont dit

Stewart Chau : « 64 % des Français estiment qu’on peut trouver des informations fiables en dehors des médias de référence. C’est un chiffre en baisse de trois points par rapport à octobre 2021. On peut imaginer que les Français comprennent de plus en plus qu’il faut payer pour accéder à une information de qualité car 38 % d’entre eux le pensent. C’est deux points de plus qu’en octobre 2021. »

« Nous pouvons interpréter les chiffres de plusieurs façons. On peut être optimiste en se disant que 47 % des Français ont confiance en la manière dont la politique est traitée par les médias ou être pessimiste car 19 % n’ont pas du tout confiance. »

« Le traitement médiatique de la guerre en Ukraine est perçu comme utile pour 82 % des Français et indispensable pour 78 % d’entre eux. Par contre, certains l’ont trouvé orienté. »

« La télévision apparaît comme le canal d’information principal des Français pour s’informer sur la campagne présidentielle. Les trois quarts d’entre eux l’ont regardée pour s’informer sur ce sujet. La radio (38 % des Français) et la presse écrite (37 %) arrivent en seconde place. »

Nabil Aouadi : « Le baromètre montre que les gens trouvent le journalisme utile pour se forger une opinion. Nous ne formons pas l’opinion mais personne ne sort vierge de la consultation d’une information. »

Cyril Petit : « La règle d’égalité du temps de parole à la télévision s’applique en fait à tous car les lecteurs nous reprochent de ne pas donner la parole à certains candidats. C’est aux journalistes d’expliquer que cette règle ne s’applique pas à la presse écrite. »

Eric Valmir : « Concernant l’Ukraine, on fait un effort considérable sur le terrain pour ne pas être pro-ukrainien. Quand on a découvert Boutcha, on n’a pas dit que c’était la Russie mais que ça l’était peut-être. Nous allons sur le terrain pour vérifier. On peut se sentir insulté par le terme « journalisme orienté » parce qu’on fournit des efforts pour rapporter des faits, surtout sur la guerre en Ukraine. » 

Nathalie Saint-Cricq : « Ce qui m’insupporte le plus, c’est le fantasme des journalistes politiques qui sont perçus comme amis avec les politiques.  Ce n’est pas le cas : nous ne sommes pas une petite caste de puissants. On ne fait jamais ce genre de reproches aux journalistes de sport ou culturels. On ne leur dit pas qu’ils mettent en avant leurs amis. » 

À retenir

Le journalisme est perçu comme un métier utile ; 84 % des Français considèrent par exemple qu’il est indispensable dans une société démocratique. Les Français s’inquiètent aussi de la concentration des médias. Plus de 8 sur 10 considèrent que ce phénomène porte atteinte au débat démocratique. Si le traitement éditorial de la guerre en Ukraine par les journalistes est jugé utile, les résultats ne sont pas les mêmes selon le vote au premier tour de l’élection présidentielle des répondants. Le traitement fait par les journalistes de la guerre en Ukraine est jugé suffisamment neutre et objectif par 80 % des électeurs d’Emmanuel Macron au premier tour mais par seulement 41 % des électeurs d’Eric Zemmour.

Marion Galard

[LE RÉSUMÉ] Sondages, drogue dure ou abstinence ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Sondages : drogue dure ou abstinence ? ».

Photo : Agathe Kupfer/EPJT

Animé par Nassira El Moaddem, journaliste indépendante, avec Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, Françoix-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France, et Philippe Morand, rédacteur en chef adjoint du service politique du Groupe TF1.

 

 

Les enjeux

Lors de la campagne pour l’élection présidentielle, le quotidien Ouest-France a choisi de ne pas utiliser de sondages d’intentions de vote, indicateurs très prisés. Plus que le fondement même de cette pratique, c’est leur usage qui doit être questionné.

Ce qu’ils ont dit

Frédéric Dabi : « Nous proposons des enquêtes appelés rolling, littéralement des sondages roulants, en continu. C’est moins instantané, spectaculaire et brutal que les enquêtes d’opinion classiques.  »

« L’absence des Outre-mer dans nos enquêtes d’intentions de vote pour l’élection présidentielle, faute de temps, ne doit pas masquer nos autres travaux réalisés sur ces territoires. Nous le ferons d’ailleurs dans le cadre des élections législatives. »

François-Xavier Lefranc : « Nous avons pris la décision de ne pas commander de sondages sur la présidentielle au moment où Éric Zemmour était placé en deuxième position des intentions de vote alors qu’il n’était pas encore candidat. Cela déstabilise la démocratie en invisibilisant les « petits candidats ». »

« Dans les sondages d’intentions de vote, les Guadeloupéennes et Guadeloupéens n’existent pas, ils sont considérés comme des sous-citoyens. Il en va de même pour les paysans et les personnes qui n’ont pas Internet. Notre boulot de journaliste, c’est d’aller voir ces gens et de les écouter. »

« L’utilisation des sondages par certains médias n’est pas sérieuse. On part d’un sondage réalisé auprès d’un échantillon de personnes à un moment donné et on le présente comme une réalité pour l’ensemble des Français. En tant que journalistes, nous n’avons pas le droit d’interpréter ces enquêtes comme cela. »

Philippe Morand : « Nous échangeons en permanence avec l’Ifop pour proposer des questions pertinentes aux enquêtés. Nous nous sommes engagés avec l’institut pour les élections régionales, présidentielle et législatives. Ces sondages nous coûtent plusieurs dizaines de milliers d’euros et engagent à la fois la responsabilité de l’Ifop et des rédactions de TF1 et LCI. »

« Nous ne travaillons pas qu’avec les sondages. Grâce à des formats comme « route nationale », diffusés lors de nos journaux télévisés, nous avons fait émerger des thématiques de campagne comme la ruralité ou le pouvoir d’achat. »

À retenir

Plus que l’outil sondage, c’est davantage son utilisation excessive par certaines rédactions qui a été évoquée. L’utilité et le sérieux des enquêtes réalisées sur le temps long ne sont pas remis en cause. La responsabilité de certains journalistes, qui ont tendance à mal les utiliser et les interpréter, doit être interrogée.

Léo Humbert (EPJT)

[INTERVIEW] Jean-Marie Charon : « Face aux jeunes qui arrêtent le métier, les rédactions sont dans le déni »

Photo : Clémentine Louise/EPJT

Jean-Marie Charon, sociologue des médias, est l’auteur avec Adénora Pigeolat de Hier, journalistes : ils ont quitté la profession, paru en 2021 aux éditions Entremises. Dans le cadre du baromètre social des Assises, il est intervenu pour expliquer la désertion de nombreux jeunes journalistes.

 

 

 

Vous avancez l’idée que les jeunes journalistes ont conscience des difficultés rencontrées pour s’insérer dans le milieu. Peut-on parler d’un désenchantement lorsqu’ils quittent le métier ?

Jean-Marie Charon.  Ils savent que ça va être difficile mais entre ce qu’on vous dit et ce que l’on vit, c’est très différent. L’expérience en rédaction est beaucoup plus destructrice que ce qu’ils avaient imaginé. Dans d’autres secteurs, notamment le numérique, ils affirment avoir été bien mieux accueillis et bien mieux payés. Ils ne sont pas forcément épanouis car ce n’est pas le métier qu’ils souhaitaient faire mais c’est plus sécurisant.

Les rédactions ont-elles conscience des difficultés que rencontrent les jeunes journalistes ?

JM. C.  Les rédactions sont dans le déni. Beaucoup de journalistes expliquent que eux aussi ont dû persévérer au début pour se faire une place et que c’est donc normal. Les rédactions estiment aussi parfois que les jeunes journalistes sont mal formés en école, même si ces derniers assurent au contraire recevoir une formation très complète. Et puis les contraintes économiques du secteur mettent aussi une pression sur les rédactions qui doivent parer au plus pressé.

Ce problème de décrochage n’est visible qu’en France ou aussi dans d’autres pays ?

JM. C. En Belgique, cette tendance est encore plus forte. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’il n’y ait pas de concours pour entrer en école de journalisme. Beaucoup d’étudiants sortent diplômés et se heurtent au peu d’emplois qu’il y a dans le domaine. On remarque aussi qu’il y a encore moins de filles qui arrivent à devenir journalistes après leurs études qu’en France.

 

Recueilli par Clémentine Louise/EPJT

[LE RÉSUMÉ] Le journalisme politique en France vu par la presse étrangère

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Le journalisme politique en France vu par la presse étrangère »
Photo : Amandine Hivert/EPJT
Animé par Carolin Lohrenz, cheffe de rubrique France au Courrier International, avec Marc Bassets, correspondant pour El Pais, Ana Navarro Pedro, correspondante pour Visão et Nadia Pantel, correspondante pour Süddeutsche Zeitung.

 

Les enjeux

Quelques semaines après l’élection présidentielle française, trois journalistes espagnol, portugais et allemand reviennent sur les spécificités du journalisme politique français. Au coeur de la discussion, la proximité avec les politiques.

Ce qu’ils ont dit

Marc Bassets : « Le grand journal télevisé de 20 heures que tout le monde écoute n’existe plus. Les citoyens ont de multiples sources d’informations. Les médias traditionnels n’ont plus l’autorité qu’ils avaient auparavant. »

« A El Pais, nous autorisons la relecture mais interdisons la modification. Ce qui arrive très souvent en France, c’est d’envoyer une interview à un ministre qui la renvoie avec des modifications. Ce n’est plus une interview. »

Ana Navarro Pedro : « Il y a peut-être une plus grande profondeur dans les débat en France mais il y a aussi un manque de communication avec les français. La proximité avec les arcanes du pouvoir se traduit par une prise de distance avec les lecteurs. »

« La concentration des médias est problématique. Les lois françaises ne sont plus adaptés à cette concentration des médias et sont nuisibles à la démocratie parce qu’elles sont nuisibles à la liberté d’expression. »

« Aujourd’hui il y a de très bon journalistes politiques qui font des enquêtes, qui recoupent les informations, varient leurs sources mais on les trouve aux marges, dans des médias alternatifs. »

Nadia Pantel : « Au moment des gilets jaunes, ce qui m’a marqué c’est la difficulté pour les journalistes à parler de politique avec leurs concitoyens »

«On nous force de plus en plus à devenir auto-entrepreneur. Je trouve ça problématique. Quand j’ai commencé le journalisme il y a 10 ans, on ne savait pas quels étaient les articles les plus lus, lesquels faisaient partie du top 10 des articles du jour. »

À retenir

La proximité entre journalistes et politiques surprend la presse internationale. Selon les journalistes présents à cette table ronde, celle-ci renforce le phénomène de distanciation entre les journalistes et les publics. La concentration, qui n’est pas une spécificité française, a également été évoquée.

Amandine Hivert

[INTERVIEW] Marc Bassets, correspondant pour El Pais : «En Espagne, Anne Hidalgo nous intéressait beaucoup»

Photo : Léo Humbert/EPJT

Marc Bassets est correspondant en France pour le quotidien espagnol El Pais. Il traite principalement de sujets économiques, culturels et politiques, surtout en période de campagne électorale. Invité aux Assises du journalisme de Tours, le 11 mai, il livre sa vision de la campagne et du journalisme politique français.

Qu’avez-vous pensé du traitement médiatique de la campagne pour l’élection présidentielle française de 2022 ?

Marc Bassets. Je trouve que la presse de qualité a fait du très bon boulot, avec des analyses et des décryptages. Je n’ai pas de reproches à lui faire de façon générale. La campagne a mis du temps à se lancer dans les journaux à cause de la guerre en Ukraine. Et cela a été la même chose pour moi. J’avais prévu un planning sur trois mois pour mon journal mais il n’a finalement pas servi.

A quels sujets vous êtes-vous intéressés pour El Pais ?

M. B. Nous sommes deux correspondants pour le journal en France, un envoyé spécial et un photographe nous ont rejoints. J’ai évoqué les sondages, j’ai écrit des portraits de candidats et j’ai fait beaucoup de reportages dans les zones où il y avait eu un vote important de protestation ou d’abstention après le premier tour. Je me suis rendu dans l’Aisne, en Moselle ou dans les quartiers Nord de Marseille.

Avez-vous trouvé des particularités à cette campagne par rapport aux précédentes ? En 2012, c’était un duel classique entre la gauche et la droite et en 2017, l’élection d’Emmanuel Macron avait surpris beaucoup de monde.

M. B. Zemmour était très présent avant le début de la campagne, à la fin de l’année 2021. J’ai écrit pas mal de papiers sur lui, je l’ai suivi en campagne. Il a beaucoup attiré l’attention et a fini par se dégonfler. En Espagne, Anne Hidalgo nous intéressait beaucoup car elle a la double-nationalité et elle parle espagnol parfaitement. En tant que correspondant, je cherche toujours l’angle local. A l’approche de l’élection et pendant l’entre-deux-tours, je n’ai pas trouvé de nouveauté. On s’est retrouvé avec les deux candidats attendus et le vainqueur annoncé depuis cinq ans.

Quel regard portez-vous sur le journalisme politique français ?

M. B. Je suis un admirateur du bon journalisme politique français en général, à la télévision, dans les magazines, les grands journaux. J’aime beaucoup le style d’écriture. Il est très analytique, beaucoup plus reposé que le journalisme espagnol qui est plus électrique, réactif et porté sur les polémiques. Mais cela peut être un défaut. En Espagne, on tombe beaucoup dans le journalisme de commentaire, dans la petite phrase, plus que de faits.

Une partie de la population française trouve qu’il y a une grande proximité entre les journalistes politiques et le pouvoir. Est-ce quelque chose que l’on retrouve en Espagne ?

M. B. J’ai effectivement ce sentiment. En France, je constate aussi cette proximité. En revanche, la gestion du « off » et des sources anonymes me gêne beaucoup. Pour moi, cela sert à protéger une source, pas lorsqu’il y a une fuite d’un briefing à l’Élysée. Lorsque le lit dans un journal « dit-on à l’Élysée », oui mais qui ? Cela crée une atmosphère d’entre-soi. Je trouve cela nocif, même si ce n’est pas propre à la France. Autre point : la modification des interviews avant publication. On peut rectifier un mot à la relecture, mais pas une idée.

 

Recueilli par Léo Humbert

[LE RÉSUMÉ] Droits voisins : quelle reconnaissance du travail des auteurs et des journalistes ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Droits voisins : quelle reconnaissance du travail des auteurs et des journalistes ? ».

Photo : Clémentine Louise/EPJT

Animée par Amaury de Rochegonde, rédacteur en chef adjoint à Stratégies et chroniqueur médias à RFI, avec Pablo Aiquel, secrétaire général adjoint du SNJ-CGT, Jean-Marie Cavada, président de la société des droits voisins de la presse, Olivier Da Lage, responsable du dossier des droits d’auteurs au SNJ, Marie Hedin-Christophe, directrice générale du Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil) et Hervé Rony, directeur général de la Scam.

 

Les enjeux

Depuis le développement des médias sur internet, la question des droits voisins fait débat. Les médias reprochent à Google de toucher des revenus publicitaires par le biais de leurs contenus. L’enjeu de cette conférence est de faire le point sur les négociations autour de ces droits voisins et de se questionner sur le poids des Gafam dans la presse française.

Ce qu’ils ont dit

Jean-Marie Cavada : « Actuellement, ce que j’entends à l’intérieur des plateformes c’est : « Le temps que les patrons de presse et les journalistes se mettent d’accord, on a encore de beaux-jours devant nous. » Unissez-vous et essayez de régler vos rapports à l’intérieur de vos entreprises. N’offrez pas aux plateformes le spectacle d’une telle division. »

« La loi sur les droits voisins dit qu’il y a obligation pour les plateformes de négocier avec les médias. L’objectif est de rendre obligatoire le partage de la recette publicitaire. »

Marie Hédin-Christophe : « La loi qui concerne les droits voisins a été votée et la gestion collective n’a pas été rendue obligatoire. C’est une victoire pour Google. »

« La notion de répartition est essentielle. Si on opte pour une gestion collective, on peut décider de cette répartition. Sinon c’est Google qui va continuer de faire la loi. Il faut aussi défendre le fait que les coûts éditoriaux et les cartes de presse soient un critère de répartition. »

Pablo Aiquel : « La reconnaissance du travail c’est d’avoir accès à un cadre social. Il n’y pas de barème de rémunération minimum pour les piges. Je ne comprends pas qu’un syndicat parle de droits voisins quand il ne parle pas de salaires au sein de la branche. »

« Aujourd’hui, je dis au nom du SNJ-CGT que nous allons demander à ce que tous les correspondants locaux de presse soient inclus dans les accords de droits voisins. »

À retenir

Le coeur des négociations porte sur la gestion collective de la répartition. Les différents interlocuteurs affirment qu’il faut une coordination des différentes entreprises de presse.

Amandine Hivert

[LE RÉSUMÉ] Le journalisme politique s’enseigne t-il ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « L’Atelier école. Le journalisme politique s’enseigne t-il ? ».
Photo : Zoé Keunebroek/EPJT
Animé par Stéphanie Lebrun, directrice du CFJ Paris, avec Pascale Colisson, responsable pédagogique chargée de l’alternance et de la mission Egalité et lutte contre les discriminations à l’IPJ, avec Maria Santos Sainz, docteur en sciences de l’information et maître de conférences à l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA) et Pierre Savary, directeur de l’ESJ Lille.

Les enjeux

Le constat est clair : le journalisme politique ne fait plus rêver. Les écoles cherchent un moyen de se réinventer car si « la politique des petites phrases fait peur », le sujet politique passionne lui toujours les étudiants. Plus encore que la manière de traiter le journalisme politique, c’est la question du militantisme et du journalisme d’opinion qui interroge les élèves.

Ce qu’ils ont dit

Maria Santos Sainz : « A l’IJBA, on essaye de contrecarrer le manque d’appétit pour le journalisme politique. On fait tout pour introduire des nouvelles manières de faire, comme le journalisme politique de proximité. Les étudiants veulent parler de politique autrement, ils veulent être plus près du terrain. »

« Je me permets de citer Albert Camus qui nous disait que « Le goût de la vérité n’empêche pas de prendre parti ». »

Pierre Savary : « Les étudiants s’interrogent sur la question du militantisme, sur la politique mais aussi sur l’environnement. Beaucoup d’entre eux se demandent comment interroger des personnes dont les positions vont parfois à l’encontre de leurs convictions. »

Pascale Colisson : « Les étudiants voient encore le journalisme politique comme un journalisme de déjeuner, de corridor ou de couloir. En fin de compte, le journalisme politique n’est pas seulement une pratique de plateau télé et tous les journalistes peuvent traiter de politique dans leur domaine. Un spécialiste de l’agriculture peut s’emparer de la politique pour traiter ses sujets. »

Stéphanie Lebrun : « C’est ce que vous avez envie de faire avec ce métier qui compte. »

À retenir

C’est en privilégiant les nouveaux formats que l’on peut réussir à intéresser de nouveaux publics au journalisme politique. Le rapport au militantisme doit, lui aussi être repensé. Avoir des convictions et prendre parti ne doit pas empêcher d’avoir une méthodologie journalistique issue des faits. La conférence s’est terminée par une vague d’espoir donnée aux nombreux étudiants en journalisme présents dans la salle, la directrice du CFJ les invitant à innover dans ce qui est « le plus beau métier du monde ».

Zoé Keunebroek et Célio Fioretti (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] Journalistes et politiques : l’importance d’une connaissance scientifique

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Journalistes et politiques : l’importance d’une connaissance scientifique partagée »

Photo : Marion Galard / EPJT

Animée par Benoît Tonson, chef de rubrique science de The Conversation, avec Michel Dubois, sociologue des sciences et techniques au CNRS, Aline Richard, rédactrice en chef du magazine Le Figaro Santé, Corinne Vanmerris, directrice adjointe et directrice des études de l’ESJ Lille et Jade Lindgaard, journaliste au pôle écologie de Mediapart.

 

 

Les enjeux

Les journalistes et les responsables politiques sont insuffisamment formés aux questions scientifiques. Pour répondre à ce besoin, des formations spécifiques se développent, comme le master 2 de l’ESJ. Comment les journalistes doivent-ils adapter la parole scientifique au grand public ? Réponse avec ces quatre interlocuteurs.

Ce qu’ils ont dit

Aline Richard : « Tout le monde peut être journaliste scientifique. Ça fait peur un peu, les personnes se disent que c’est difficile. Mais avec du travail, tout est possible. Une formation scientifique préalable n’est pas un prérequis. »

« Nous constatons qu’il y a un problème culturel : personne ne remet en cause les statistiques scientifiques car personne ne les comprend, y compris certains journalistes et politiques. Les sujets scientifiques devraient intéresser plus les politiques. »

« Il faut que tous les journalistes jouent le jeu, ils doivent se renseigner pour ne pas raconter n’importe quoi. Il ne faut pas se limiter à interviewer les mêmes experts. La précipitation pour interviewer Didier Raoult pendant la pandémie de Covid-19 a été terrible. »

Corinne Vanmerris : « Je ne sens pas une grande appétence chez les étudiants pour les sciences. Nous avons 15 places dans le master 2 de journalisme scientifique. Il y a seulement une cinquantaine de candidats dans cette filière. »

Michel Dubois : « Nous avons réalisé une enquête nationale sur les Français et la science. Nous avons constaté qu’environ 8 Français sur 10 font confiance aux scientifiques et c’est le cas depuis les années 1970. »

« Toutefois, nous avons aussi constaté qu’environ 60 % des Français considèrent aujourd’hui que la science apporte autant de bien que de mal. C’est un résultat assez nouveau. »

Jade Lindgaard : « Est-ce qu’une Assemblée où les élus auraient tous une thèse en science serait plus démocratique ? Pas forcément. Des députés ont déposé des amendements radicaux sur l’écologie et ils n’ont pas de formation scientifique. »

« C’est un progrès que les écoles de journalisme proposent des formations en sciences mais ce qui fait qu’un média produit une information juste et audacieuse, c’est son modèle économique. »

À retenir

Les journalistes ne peuvent pas être spécialisés sur tous les sujets mais ils doivent avoir suffisamment de connaissances scientifiques pour comprendre les scientifiques. Les hommes et femmes politiques ne peuvent pas être tous des experts non plus mais on constate parfois un manque d’intérêt pour certains sujets scientifiques.

Marion Galard

[LE RÉSUMÉ] Les États généraux de la formation des journalistes

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Les états généraux de la formation des journalistes ».

Des représentants de la Conférence des écoles de journalisme (CEJ) et des étudiants des écoles reconnues par la profession ont débattu des enjeux de la formation des journalistes. Photo : Célio Fioretti/EPJT

Animé par Anne Tezenas, déléguée générale de Conférence des écoles de journalisme (CEJ), avec Arnaud Schwartz, secrétaire général de la CEJ, Cem Taylan et Lilian Ripert (EPJT), Léa Bouvet (EJDG), Héléna Lébely (EJCAM).

 

Les enjeux

Des représentants de la Conférence des écoles de journalisme (CEJ) et des écoles de journalisme reconnues sont revenus sur les grands enjeux de la formation des jeunes journalistes. Il s’agit notamment de la diversité dans les écoles et les rédactions et des difficultés d’insertion des jeunes diplômés sur le marché du travail. Ces thématiques seront abordées lors des premiers États généraux de la formation des journalistes, prévus les 3 et 4 octobre 2022.

Ce qu’ils ont dit

Arnaud Schwartz : « Les objectifs de la CEJ et de ces États généraux sont de créer un dialogue entre les jeunes journalistes et les étudiants pour qu’ils partagent leur vision du métier. Ces discussions doivent aboutir à des propositions et des bonnes pratiques en matière de formation et d’emploi. »

« Nos étudiants nous font part de deux affirmations. Leur passion pour le métier de journaliste est aussi forte que celle de leurs prédécesseurs. Mais ils ils ne sont pas non plus prêts à tout sacrifier pour exercer cette profession. »

Anne Tezenas : « Nous avons lancé une enquête qui porte sur les quatre dernières cohortes qui sont sorties des quatorze écoles reconnues. Nous cherchons à savoir où ils en sont sur le plan professionnel et à quels problèmes ils sont confrontés. Une seconde enquête porte sur l’égalité des chances, la diversité et les pratiques des écoles pour aider ses étudiants à s’insérer. »

Héléna Lébely : « La question de la diversité dans les écoles est essentielle, il y a un problème systémique d’homogénéité. Plus on avance dans les cursus, moins il y a de diversité. Dans nos écoles, nous avons songé à mettre en place un référent chargé des discriminations et une charte. Nous avons fait des propositions d’éducation aux médias, de tutorat avec les collèges et d’actions pour élargir la communication des écoles. »

Cem Taylan : « Nous voulons travailler sur l’idée préconstruite de la pige, associée à la précarité. Nous souhaitons mettre en place un module commun d’initiation à la pige, un système de parrainage avec les anciens étudiants et une journée dédiée à la gestion des aspects administratifs de la pige. »

« Nous avons proposé la création d’une carte de presse étudiante. Les étudiants souffrent d’un manque de légitimité de la part des sources qu’ils questionnent et d’interdiction d’accès à certains événements, notamment les manifestations. Cet outil doit nous faire réfléchir à notre posture professionnelle. »

À retenir

Les représentants de la CEJ et des étudiants des écoles de journalisme s’accordent pour dialoguer ensemble sur les enjeux de diversité dans les rédactions et de traiter en profondeur les conditions de travail et de santé mentale. L’ensemble des problématiques évoquées par les étudiants et les écoles seront au cœur des États généraux planifiés les 3 et 4 octobre prochains.

Léo Humbert (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] Comment faire de l’écologie un vrai sujet politique ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Comment faire de l’écologie un vrai sujet politique ? ».

Photo : Amandine Hivert/EPJT

Animé par Stéphane Frachet, correspondant en région pour Les Echos, avec Jade Lindgaard, journaliste à MediapartAnne-Sophie Novel, journaliste pour le média Vert, Cyrille Vanlerberghe, rédacteur en chef Sciences et Médecine du Figaro et Florent Rimbert, membre de l’Alliance pour la Presse d’information générale (APIG)

 

 

Les enjeux

L’écologie peine à être au devant de la scène médiatique. Pendant la dernière compagne présidentielle, les candidats ont été peu interrogés sur ces questions par les journalistes. Un constat : l’écologie est encore peu abordée comme un sujet politique par les médias.

Ce qu’ils ont dit

Anne-Sophie Novel : « Je me suis rendue compte qu’on était nombreux à traiter ces questions mais qu’on était considérés comme moins sérieux que les autres journalistes. »

« Ce fait scientifique est réellement devenu un fait social, on observe quotidiennement ces bouleversements. »

« Il y a d’un côté les travaux scientifiques et de l’autre la manière dont on s’en empare. »

Jade Lindgaard : « À Mediapart, l’écologie n’a pas été pensée au départ comme une rubrique mais comme un sujet. »

« Pour moi, le climat n’est pas une question scientifique mais politique. »

« Bien sûr, c’est important d’avoir un apport scientifique mais d’un point de vue journalistique, le champ de bataille n’est plus là. La question, c’est interroger l’inaction notamment celle des politiques. »

Cyrille Vanlerberghe : « Pour imposer mes sujets, je me suis toujours appuyé sur la science. Ça me donne de la force. »

« Sur ces questions, il faut savoir interroger les bonnes personnes sur les bons sujets. »

À retenir

Les articles au sujet de l’écologie sont de plus en plus nombreux dans les médias. Mais pour, certains journalistes, il faut encore que cette question soit traitée de manière transversale dans les rédactions car l’écologie impacte l’ensemble de la société. Pour Jade Lindgaard, il faut, en tant que journaliste, interroger l’inaction des politiques et des citoyens vis-à-vis de ces bouleversements.

Agathe Kupfer (EPJT)

[INTERVIEW] Lorraine de Foucher : « Il y a une désinformation autour du viol qui empêche de se confronter au vrai problème »

Photo : Fayard

Lorraine de Foucher, journaliste au Monde, a décidé de se consacrer au sujet des violences sexistes et sexuelles depuis quelques années. Dans le cadre des assises du journalisme à Tours ce mardi 10 mai, elle participait à un atelier sur les enquêtes dans ce domaine.

Lors de l’atelier consacré aux enquêtes sur les violences sexistes et sexuelles, un seul homme était présent sur les six intervenants. Dans le public, il y avait également beaucoup plus de femmes que d’hommes. Est-ce représentatif du problème des violences faites aux femmes ?

Lorraine de Foucher. Oui, clairement ! Au Monde, on a enquêté sur les personnes chargés de la question de l’égalité femme / homme dans les préfectures de France. Ce sont toutes des femmes ! Ca fait partie du processus d’invisibilisation des femmes : on fait comme si c’était un problème de femmes. C’est rare que les hommes enquêtent là-dessus, c’est inconfortable pour eux : ce n’est pas marrant de s’interroger sur sa condition de privilégié. On a encore beaucoup de progrès à faire sur ce point.

Vous avez évoqué cette frontière entre liberté d’expression et diffamation. Quand on enquête sur ce genre de sujet, est-ce qu’on se prépare toujours au risque d’être poursuivi au pénal ? 

L. F. C’est un sujet abrasif qui touche à la réputation, et la réputation, ça coûte cher. En une dizaine d’années de carrière, je n’ai eu de plaintes que lorsque j’enquêtais sur ce sujet.

Vous affirmez que le viol n’est pas une question de plaisir mais de domination, donc de pouvoir. Selon vous, est-ce qu’on peut dire que le viol est un acte politique ? 

L. F. Il y a une désinformation autour du viol qui empêche de se confronter au vrai problème. Tant qu’un sujet n’est pas politique, il n’est pas pris en compte. Le patriarcat est le plus vieux système de domination. Dans les situations de guerre, le viol est utilisé comme une arme de guerre. Il y a une entreprise de casse industrielle des femmes. La peur du viol touche toutes les femmes.

Marine Turchi disait que 99 % des affaires qui sortent sur les violences sexistes et sexuelles ne suscitent plus l’étonnement. Comment faire en tant que journaliste pour garder l’attention des lecteurs sur ces sujets ? 

L. F. On a tous peur de la saturation, mais on voit une véritable appétence des lecteurs pour comprendre ces actes. Je pense qu’on est très loin d’en avoir assez parlé.

Vous travaillez depuis quatre ans sur une chronique : « S’aimer comme on se quitte ». Est-ce une autre manière de dénoncer les violences sexistes ? 

L. F. Non, mais il y a une corrélation avec l’intime. On pense que l’intime n’a rien à voir avec le journalisme alors que tout le monde parle d’amour. On doit renforcer notre éducation amoureuse. On a l’impression que l’amour est personnel alors que c’est très social. On aime comme notre époque nous le permet, les normes sociales sont à l’œuvre dans l’intime.

Vous dites que c’est la société, de manière systémique, qui produit les individus qui vont infliger des violences sexistes et sexuelles, et qu’il faut essayer d’en comprendre les origines. Vous avez des pistes ? 

L. F. Oui, la domination masculine, le patriarcat, qui existent depuis bien longtemps. On a un rapport aux minorités, comme avec la nature, comme s’il fallait les domestiquer. Cela interroge les rapports de prédation présents chez l’homme.

 

Recueilli par Charles Bury/EPJT

[LE RÉSUMÉ] La remise des prix EMI 2022

La remise des prix EMI a eu lieu ce mardi 10 mai. Le président du jury Julien Pain a remis les prix aux lauréats qui ont remporté un chèque de 1 500 €.

Les lauréats du prix EMI 2022, accompagnés de Julien Pain, président du jury. Photo : Sarah Chevalier / EPJT

Catégorie associative, prix parrainé par le ministère de la Culture

Le gagnant est Maitrise ton web de Signe de sens.

Catégorie école, prix parrainé par la fondation TF1

Le gagnant est Médias quelle histoire, Interactivités par les CE2 de l’école Jean Jaurès à Toulouse.

Catégorie hors école, prix parrainé par France Médias Monde

Le gagnant est L’ombre de l’actu par Urban prod. Le journal permet d’informer sur ce qu’il se passe en détention tout en ayant une ouverture sur l’extérieur.

Catégorie média, prix parrainé par le CLEMI

Le gagnant est Ta voix de La Voix du Nord. « Cela fait trois ans que nous candidatons, nous sommes très heureuses », explique l’une des porteuses du projet.

Catégorie région Centre-Val-De-Loire, prix parrainé par la région

Le gagnant est Radio Gem37 par Radio Campus Tours.

Catégorie Rive sud de la méditerranée, prix parrainé par CFI-développement Médias

Madha-Yahduth, un média citoyen qui traite de l’actualité tunisienne.

[LE RÉSUMÉ] Enquêter sur les violences sexistes et sexuelles

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Enquêter sur les violences sexistes et sexuelles ».

Plusieurs journalistes se sont réunis mardi 10 mai 2022 aux Assises du journalisme de Tours pour un débat intitulé « Enquêter sur les violences sexistes et sexuelles ».

Photo : Aubin Eymard/EPJT

Avec Lorraine DE FOUCHER, journaliste pour Le Monde ; Giulia FOÏS, journaliste, animatrice de l’émission « Pas son genre » sur France inter ; Nadège IBANEZ, conseillère branches de la communication, des médias et des télécommunications de l’AFDAS ; Marine TURCHI, journaliste pour Médiapart Romain VERLEY, journaliste pour l’émission « Complément d’enquête ». Animé par Louise Audibert.

 

Les enjeux

Cinq ans après l’apparition du mouvement #Metoo, les violences sexistes et sexuelles sont toujours au cœur de l’espace médiatique. Encore récemment, des enquêtes journalistiques révélant des faits d’agressions sexuelles et de viols ont été publiées concernant Eric Zemmour et Patrick Poivre d’Arvor. Les révélations constantes sur ces violences soulignent l’importance du travail des journalistes qui met en lumière un sujet systémique.

 

Ce qu’ils ont dit

Romain Verley : « Je comprends pourquoi ces femmes n’ont pas parlé. Nous, les médias, sommes les champions des #Metoo dans le sport, dans l’église ou tout autre domaine mais pas chez nous. Il y a un silence radio, un silence télé. »

« J’ai été de suite confronté à mon statut d’homme, je me suis beaucoup documenté. J’étais un petit peu un éléphant dans un magasin de porcelaine. »

Marine Turchi : « 99% des affaires qu’on sort ne suscitent pas l’étonnement mais elles témoignent des alertes ignorées. »

« Libération de la parole est une expression journalistique paresseuse. La plupart du temps, ces femmes ont déjà parlé à un ami, à un collègue… »

Lorraine De Foucher : « La dénonciation de ces affaires est très peu souvent un problème de connaissance mais surtout de courage et de prise en main des choses. »

« Je pense qu’il faut comprendre que le viol n’a pas grand chose à voir avec le plaisir sexuel mais avec le pouvoir. »

Giulia Foïs : « Comme femme et ex-victime de viol, je suis admirative de ces femmes journalistes qui recueillent la parole des victimes. »

« Le contradictoire est essentiel dans une démocratie, il est donc important d’entendre la victime mais aussi l’auteur. »

À retenir

Les violences sexistes et sexuelles sont systémiques et leur apparition à la une des médias ne signifie pas qu’elles sont nouvelles. Enquêter sur ces faits est essentiel pour éduquer tous les acteurs de la société civile ainsi que les jeunes journalistes.

Aubin Eymard (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] Ils se sont lancés cette année

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Ils se sont lancés cette année »

Annabelle Perrin, François De Monnes, Frédéric Courant et Etienne Manchette se sont réunis pour le débat « Ils se sont lancés cette année » animé par Romain Colas. Photo : Nina Chouraqui/EPJT

Avec Frédéric COURANT, cofondateur et rédacteur en chef de L’esprit sorcier ; Annabelle PERRIN et François DE MONNES, cofondateurs de « La disparition » ; Etienne MANCHETTE, responsable Contenus et Partenariats RetroNews BnF ; Jéromine SANTO GAMMAIRE et Franck CELLIER, co-fondateurs du média réunionnais Parallèle Sud. Animé par Romain COLAS, rédacteur en chef adjoint de La Correspondance de la presse.

Les enjeux

Chaque année, les Assises du journalisme de Tours donnent la parole à ceux qui ont fait le pari de créer leur média pour faire vivre un projet éditorial. Pour cette quinzième édition, quatre jeunes médias sont présentés.

Ce qu’ils ont dit

Frédéric Courant : « Nous nous sommes lancés dans un financement participatif pour la liberté. C’est un modèle où le média appartient à ses lecteurs. »

Annabelle Perrin : « Comme la lettre a tendance à disparaître, on s’est dit qu’on allait faire un média épistolaire. Ce sont de longs récits où on parle de disparition de quartiers, de prisons, d’arbres… On voulait que la forme coïncide avec le fond. »

François De Monnes : «  On raconte des gens qui luttent, des histoires d’amour, de fraternité et bien d’autres. Les journalistes écrivent dans une lettre que les abonnés reçoivent dans une enveloppe. Ils trouvent à l’intérieur une carte postale qui illustre le récit. On fait également appel à des auteurs pour écrire les lettres. »

«  Notre principal enjeu, c’était de nous faire connaître. On a commencé à bâtir une newsletter gratuite avant d’envoyer nos premières lettres. Cela nous a permis d’avoir un premier socle de lecteurs. »

Etienne Manchette : « Les fonds de presse écrite sont gigantesques. On fait des sujets liés à l’actualité, mais on essaie surtout de faire du temps long, en amenant un propos universitaire qui permet de nourrir un peu plus le sujet. »

Franck Cellier : « Après avoir créé le média Parallèle Sud, on est parti à la rencontre des gens qu’on avait croisés lors de nos reportages et qui nous disaient qu’ils avaient besoin d’une presse différente. À La Réunion, il y a une forte envie de retrouver une expression qui concerne les initiatives citoyennes.  »

Jéromine Santo Gammaire : « Quand c’est gratuit, les gens soutiennent. Mais après, ils ne payent pas forcément. »

À retenir

Lors de leur lancement, et encore des mois après, les nouveaux médias rencontrent des difficultés similaires. Il faut tout d’abord conquérir une audience et se faire connaître. Ensuite, des fonds économiques sont nécessaires pour financer de jeunes projets éditoriaux. Pour cela, ils misent notamment sur le crowdfunding. Mais parfois, même s’ils récoltent des dons qui leur permettent de développer leur projet, ils ne leur assurent pas pour autant une viabilité. 

Nina Chouraqui (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] Quel regard sur les femmes en politique ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement :  » Quel regard des médias sur les femmes en politique ? »

Photo : Margot Ferreira/EPJT

Avec Marlène Collomb-Gully, professeur à l’Université de Toulouse et autrice ; Rose Lamy, autrice « Défaire le discours sexiste dans les médias », paru aux éditions JC Lattès ; Sandrine Rousseau, économiste membre d’EELV, candidate aux élections législatives. Animé par Pascale Colisson, responsable pédagogique à l’IPJ.

Les enjeux

En France, le traitement médiatique des femmes politiques pose question dans un contexte de médiatisation croissante de la vie politique. À l’image de Sandrine Rousseau dans les médias, qui dénonce une forme de sexisme. 

Ce qu’ils ont dit

Rose Lamy : « J’ai des doutes sur le fait que la parité règle tout dans les rédactions. C’est une question de discours. Cela relève de l’effort citoyen. »

Marlène Coulomb-Gully : « Le rapport à l’autorité dans les médias reste une prérogative masculine. »

Sandrine Rousseau : « Une machine de guerre se met en place pour les femmes en politique pour démontrer leur incompétence. »

« La manière dont j’ai été médiatisée pose une question éthique et déontologique. »

À retenir

Les intervenantes ont toutes fait le même constat : les médias français réservent un traitement sexiste aux femmes politiques. Des solutions sont envisagées, telles que la présence de « gender editor » dans les rédactions. Mais cela ne suffit pas, selon Rose Lamy, qui soulève les efforts de déconstruction à faire sur la question féministe.  

Nawal EL Hammouchi

[LE RÉSUMÉ] Ecarts de représentation et stéréotypes genrés dans les médias : où en sommes-nous ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « ÉCARTS DE REPRÉSENTATION ET STÉRÉOTYPES GENRÉS DANS LES MÉDIAS : OÙ EN SOMMES-NOUS ? »

Photo : Samuel Eyene/EPJT

Animé par Gilles BASTIN, professeur de sociologie à Sciences Po Grenoble/université Grenoble Alpes ; Marlène COULOMB-GULLY, professeure des universités à l’université de Toulouse et Ange RICHARD, doctorante à Sciences Po Grenoble/université Grenoble Alpes.​

 

Les enjeux

Les stéréotypes et le manque de diversité demeurent criants dans les médias d’information. Certaines catégories ne sont pas ou peu représentées. Comme l’indiquent les résultats du Global Média Monitoring Project (GMMP) présentés par Marlène Coulomb-Gully ou encore Ange Richard et Gilles Bastin, représentants de Gendered News, la parité homme et femme peine à être respectée dans les rédactions françaises.

Ce qu’ils ont dit

Marlène Coulomb-Gully : « Nous avons constitué un corpus de médias aussi large que possible : 10 journaux, 10 stations de radios et 10 fils Twitter. »

« Dans les médias français, 30 % des informations traitent de femmes. 70 % traitent donc des hommes. Les médias font preuve d’une inertie préoccupante s’agissant de l’égalité femme et homme au sein de leur représentation. »

« Les femmes progressent vers une plus grande parité mais c’est seulement à travers des thématiques comme le social. »

Ange Richard : « Nous sommes encore loin [de la parité dans les médias]. »

« Il y a des manières genrées de dire “dire” : les femmes ont plus de chance de voir leurs phrases introduites avec les verbes “marteler” ou “rapporter”, tandis que pour les hommes c’est plutôt “alerter”, “avertir” etc. »

Gilles Bastin  : « L’objectif de ce site est d’objectiver la réalité. »

À retenir

Les intervenants présents lors de l’atelier “Écarts de représentation et stéréotypes genrés dans les médias : où en sommes-nous ?” ont tenu à rappeler qu’il existe des écarts. Marlène Coulomb-Gully a souligné que « 70 % des nouvelles traitent des hommes ». Qu’il s’agisse du nombre de femmes dans les rédactions ou encore des personnalités au cœur de l’actualité, le traitement médiatique est inégal. Les journaux doivent rendre compte de la diversité de la société à travers leurs sujets sans oublier que celles et ceux qui embrassent la profession doivent venir de tous parts.

Samuel Eyene

[LE RÉSUMÉ] Couvrir les élections législatives avec les données et outils Google

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Couvrir les élections législatives avec les données et outils Google »

Denis Vannier anime son atelier sur les outils Google. Photo : Léo Berry/EPJT

Présenté par Denis VANNIER, journaliste et formateur indépendant. 

Les enjeux

Les élections législatives approchent à grand pas. Pour les traiter en cartes et en infographies, Google met à disposition des journalistes des outils.

Ce qu’il a dit

« Les recherches avancées sont très efficaces. Les opérateurs (site: ; filetype: …) permettent de cibler des types d’informations. Le cache de Google permet également de récupérer des informations qui ont été effacées. »

« L’outil roi pour visionner des données lorsqu’on n’est pas un grand designer est Flourish. L’outil est gratuit pour les journalistes et les rédactions. Tableau s’adresse plutôt aux experts en visualisation de données. »

« My Maps permet de faire une carte rapidement. Par exemple, cela permet d’indiquer où se trouvent les bureaux de vote d’une commune. Il suffit de récupérer les données de géolocalisation sur une plateforme d’opendata. »

À retenir

Les outils Google permettent de couvrir rapidement des informations électorales. Pour produire des visualisations plus élaborées, des outils comme Flourish peuvent être utiles.

Léo Berry (EPJT)

[INTERVIEW] Simon Malfatto, datajournaliste à l’AFP : « Pendant la campagne, nos données ont été utilisées pour les reportages »

Simon Malfatto, datajournaliste à l’AFP, était présent mardi 10 mai 2022 aux Assises du journalisme pour parler du traitement de la politique par les datas. Photo : Margot Ferreira/EPJT

Simon Malfatto explique les spécificités de ce type de journalisme, notamment durant la dernière campagne électorale.

 

Combien de personnes travaillent dans le datajournalisme à l’AFP ?

S. M. Il y a environ une dizaine de personnes dans l’agence. Personnellement, je travaille au service infographie avec des graphistes, des développeurs ou encore des web designers, mais ce n’est pas le cas de l’ensemble des datajournalistes. Certains sont dans d’autres services, comme l’économie. Je ne pense pas que le datajournalisme doive se cantonner à l’infographie.

Quels ont été les principaux défis de ce type de journalisme pendant la campagne électorale ?

S. M. Principalement, les mêmes que d’habitude : accéder aux données et bien les traiter. Mais cette campagne a surtout été un gros boulot d’anticipation. La question de la temporalité du traitement de l’information s’est posée aussi. Si Emmanuel Macron parle du système des retraites à un moment donné, je ne pense pas qu’il faille sauter sur l’occasion pour produire du contenu. Les données doivent être utilisées à bon escient.

Durant la campagne, avez-vous collaboré avec le service de fact-checking ?

S. M. Il y a forcément une collaboration. En datajournalisme, on est un peu le guichet de la donnée. On communique et on mutualise les moyens mais ils ont aussi des compétences de data ou d’OSINT (données obtenues à partir de sources ouvertes) par exemple. Pour les cadavres de Bucha par exemple, il y a eu une étroite collaboration entre nos services pour que nos données cartographiques soient exactes.

Quel type de contenus de datajournalisme attire le plus de lecteurs ?

S. M. L’AFP étant une agence de presse, c’est difficile d’avoir l’avis du public sur ce qu’on produit. D’un autre côté, on regarde un peu sur Twitter ce qui ressort. Ce qui est certain, c’est qu’il faut quelque chose de simple. La personne doit directement comprendre l’histoire. L’esthétique est aussi important, il faut un effet « Whaou! ».

Est-ce que la collecte de données vous amène à proposer des sujets ?

S. M. Oui, encore très récemment avec la campagne électorale. Nous avions recensé les villes où la proportion du vote pour Eric Zemmour était la plus forte. On s’est rendu compte que c’était dans des bastions historiques de la droite comme Neuilly ou Versailles. On a fourni au service politique ces données, qui les ont utilisées pour orienter leurs reportages.

 

Recueilli par Aubin Eymard/EPJT

[LE RÉSUMÉ] L’info politique dans les médias locaux : privilégier le lien avec le public

Retrouvez l’essentiel de l’événement « L’info politique dans les médias locaux : privilégier le lien avec le public »
Géraldine Houdayer, Simon Barthelemy, Stéphanie Zorn et Jimmy Darras participaient à la conférence « L’info politique dans les médias locaux : privilégier le lien avec le public » animée par  Richard Hecht. Photo : Charlotte Morand/EPJT

Avec Simon BARTHELEMY, journaliste et cofondateur de Rue 89 Bordeaux ; Jimmy DARRAS, chef de projet pour Ouest Medialab ; Géraldine HOUDAYER, journaliste web France Bleu ; Stéphanie ZORN, rédactrice en chef adjointe La voix du Nord. Animé par Richard HECHT, Union des Clubs de la Presse de France et Francophones (UCP2F).

Les enjeux

En cette année électorale, les médias locaux doivent multiplier leurs stratégies pour diffuser l’information politique et espérer toucher les publics. Pour ce faire, ils privilégient le lien avec eux.

Ce qu’ils ont dit

Géraldine Houdayer : « Il y a eu une crise de confiance envers les médias. Dans ce moment de crise, il faut être acteur et forger des liens entre nos publics et ceux qui les représentent. L’idée c’est de dire : nous parlons de ce qui vous concerne. »

Simon Barthélémy : « Chez Rue89, on s’est demandé comment faire pour sortir à la fois de cette culture du clash tout en essayant de traiter localement les sujets qui peuvent intéresser nos lecteurs et nos auditeurs. »

« Nous avons aussi souhaité donner la parole aux gens que l’on n’entend pas trop. Pour cela, nous avons organisé des débats entre des personnes qui ne sont pas forcément le plus en vue médiatiquement. »

Jimmy Darras : « Le local intervient dans des dispositifs d’interaction qui ouvrent la discussion, le débat et la consultation avec le public du territoire et permet aux rédactions d’avoir de nouveaux angles et de nouveaux formats. »

Stéphanie Zorn : « Nous, médias traditionnels, n’avons pas forcément la bonne manière de parler aux jeunes. A La Voix du Nord, on s’est demandé comment mieux parler des élections aux jeunes avec eux. »

« Les thématiques qui intéressent les jeunes ne sont pas les mêmes. Nous avons lancé de nouveaux formats et avons pensé de nouveaux angles pour essayer de nous adapter à leurs codes. »

 

À retenir

Pour tenter d’informer le public sur la politique, les médias locaux ont lancé plusieurs initiatives. Entre débats participatifs, consultations citoyennes, nouveaux formats, plateformes collaboratives, nouveaux angles et discussions, ils ont décidé de privilégier le lien avec celui-ci. Les intervenants ont également pointé du doigt l’importance de s’adapter à son audience, notamment en ce qui concerne les jeunes en période électorale.

Nina Chouraqui (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] Quand les journalistes se plantent – Du devoir de rectifier ses erreurs

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Quand les journalistes se plantent – Du devoir de rectifier ses erreurs ».

Photo : Samuel Eyene/EPJT

Animé par Pierre GANZ, Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), avec Annick DUBIED, professeure ordinaire en journalisme, directrice de l’Académie du journalisme et des médias de l’Université de Neuchâtel et vice-présidente du Conseil de presse suisse ; Loris GUÉMART, rédacteur en chef adjoint pour Arrêt sur images Anne KERLOC’H, rédactrice en chef de 20 min ; Gilles VAN KOTE, directeur délégué aux relations avec les publics pour Le Monde.

Les enjeux

La défiance envers les journalistes est un phénomène constant dans la presse, notamment porté par des erreurs dans le traitement de l’information. Au sein des rédactions, se tromper est parfois mal appréhendé par les journalistes. Quatre intervenants apportent leur éclairage sur le sujet.  

Ce qu’ils ont dit

Gilles Van Kote : « Nous produisons du contenu éditorial tous les jours, il y a forcément des erreurs qui nous échappent. Nous sommes un quotidien, c’est humain. Un rectificatif s’impose lorsque c’est une erreur factuelle. »

« Nous avons plusieurs niveaux de relecture, avec des éditeurs qui ont aussi un rôle de vérificateurs de l’information. »

Anne Kerloc’h  : « Ça commence avant la rédaction, dès l’école où l’on vous apprend des principes. Nous avons aussi nos processus internes, nous avons nos relecteurs puis une fois qu’il y a une erreur, nous faisons un debrief. »

« L’édit c’est une précision, lorsque l’article est en cours d’écriture. Le rectificatif, c’est plutôt lorsqu’il y a une erreur »

Loris Guémart : « J’étais lecteur avant d’être journaliste, le seul moyen de résoudre ça [NDLR : au sujet des erreurs] c’est de les mettre en avant, de les corriger et d’en parler. »

« On essaye de s’astreindre à plus de rigueur dans nos articles. »

Annick Dubied  : «Je trouve réjouissant de voir ces initiatives [NDLR : au sujet des mécanismes de rectification des erreurs] se répliquer car il faut permettre aux publics et aux journalistes d’en discuter. » 

À retenir

Les quatre acteurs de l’atelier ont exprimé leurs positions respectives en mettant l’accent sur l’importance de la reconnaissance des erreurs commises par les journalistes. Les lecteurs doivent être au courant lorsque les journaux apportent des corrections et des rectifications. Il est important de déconstruire la gêne qui existe autour de ce sujet et de répondre aux erreurs de manière collective. Néanmoins, des mécanismes de correction existent avant la parution d’un article, à l’image du rôle primordial des éditeurs ou des chartes de vérification.

Samuel Eyene 

[LE RÉSUMÉ] L’EMI tout au long de la vie

Retrouvez l’essentiel de l’événement « L’EMI tout au long de la vie ».

À la suite de la conférence, les intervenants ont pu échanger avec le public sur l’avenir de l’EMI. Photo : Sarah Chevalier / EPJT

Animé par Pascal RUFFENACH​, P-DG du groupe Bayard et président de l’APEM.
Avec Antoine BAYET, journaliste et directeur éditorial de l’INA, auteur de « Voyage aux pays de la dark information » paru aux éditions Robert Laffont et Marie-Laure CHÉREL, directrice du département des publics à la BNF et Olivier MAGNIN, responsable d’Image’IN du Pole Education à l’image, aux médias et à l’information de la Ligue de l’Enseignement.

Les enjeux

L’EMI (éducation aux médias et à l’information) occupe une place de plus en plus importante dans une société où l’information est omniprésente et où la défiance envers les journalistes est grandissante. L’EMI est souvent associée à l’école et aux enfants, mais cela ne s’arrête pas là. De nombreuses initiatives voient le jour et l’objectif est désormais de partager les connaissances.

Ce qu’ils ont dit

Antoine Bayet : « J’étais face à quelqu’un qui était perdu et noyé dans l’information. En documentant ce décrochage, j’avais envie de faire remonter quelques personnes à bord. »

« La plupart des personnes que j’ai rencontrées ont eu une mauvaise expérience avec un journaliste. »

« L’EMI pour les adultes, je ne sais pas si c’est vraiment une éducation. Dire aux gens que l’on va les éduquer c’est flippant, je ne sais pas si EMI est le bon terme dans ce cas. »

Marie-Laureom Chérel : « La BNF possède 44 km linéaires de collection de presse. Nous essayons de transmettre tout en valorisant nos collections. »

« Nous avons développé un atelier autour de la censure : peut-on tout lire ? Les élèves débattent ensuite sur un ouvrage qui a fait polémique. » 

Olivier Magnin : « En 2019, on a lancé un parcours éducatif, « Les veilleurs de l’info », qui s’adresse à des animateurs et des enseignants. Notre idée, c’est d’outiller et de former des gens dont l’information n’est pas le métier. En sachant que tout le monde ne peut pas le faire. »

« Le public pénitentiaire a un rapport passionnel à l’information mais elle est assimilée aux chaînes d’info en continu. »

À retenir

L’EMI ne se résume pas au cadre scolaire. L’idée de travailler également sur l’esprit critique se développe et cela devrait se poursuivre tout au long de la vie. « Il faut désormais savoir comment on peut partager ces savoirs », conclut Pascal Ruffenach.

Sarah Chevalier (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] La presse régionale peut-elle se passer des correspondants locaux de presse ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « La presse régionale peut-elle se passer des correspondants locaux de presse ? »

L’atelier « La presse régionale peut-elle se passer des correspondants locaux de presse ? » ouvrait les assises du journalisme ce mardi 10 mai 2022 à Tours. Photo : Charles Bury/EPJT

Animé par Sophie Massieu, journaliste indépendante, avec Elina Barbereau, correspondante à Ouest-France, Caroline Devos, journaliste à La Nouvelle RépubliqueAntoine Comte, journaliste en formation à l’Ecole publique de journalisme de Tours et Loris Guémart, médiateur d’Arrêt sur Images.

 

Les enjeux

Les correspondants locaux de presse occupent une place centrale dans les journaux régionaux : à Ouest-France par exemple, environ 70 % du journal est réalisé grâce à leur production. Considérés comme de véritables journalistes, ils sont pourtant payés entre 3 et 4 euros de l’heure et leur statut ne leur permet pas de bénéficier des protections au même titre que les journalistes salariés.

Ce qu’ils ont dit

Loris Guémart : « Les correspondants locaux de presse sont considérés comme des journalistes dans les rédactions. Ils sont payés entre trois et quatre euros de l’heure. Et ce n’est pas un salaire, c’est une sorte de rétribution. »

« Il y a des instructions très claires dans les rédactions : si on commence à exiger des sujets, à suggérer des angles, il y a un risque de requalification de la relation de travail. »

Elina Barbereau : « Nous avons réalisé une enquête, sur plus de 600 correspondants locaux de presse répondants : 51 % d’entre eux déclarent avoir besoin de ce travail pour vivre. Chez les femmes correspondantes, ce chiffre monte à 64 %  » « En tant que correspondante et concernant les sujets que l’on couvre, il m’arrive d’être en concurrence avec des journalistes des journaux concurrents. A la fin, on sort à peu près la même chose. »

Antoine Comte : « Lors de mon enquête, j’ai constaté que beaucoup de correspondants vivaient de ce travail et ils ne souhaitaient pas donner leur nom de peur que cela leur porte préjudice. Il est important de se rendre compte que ce sont des gens derrière. »

Caroline Devos : « La presse quotidienne régionale cherche un modèle pour se réinventer. La pagination se réduit et se réduira peut-être encore. Les ventes s’effondrent, on ne pourra pas embaucher tous les correspondants qui font un travail de journaliste. »

À retenir

Certains correspondants locaux de presse réalisent le même travail qu’un journaliste professionnel, mais pour moins de cinq euros de l’heure, sans aucune protection sociale. Du côté des rédactions, leur travail constitue une source de contenu journalistique pour un coût peu élevé. Par ailleurs, leur statut ne leur permet pas d’être représenté dans les rédactions.

Charles Bury (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] Les datas pour traiter de la politique

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Les datas pour traiter de la politique »

Quatre intervenants étaient présents pour débattre de la place du journalisme de données dans le traitement de l’actualité politique. Photo : Léo Berry/EPJT

Avec Karen BASTIEN, cofondatrice de Wedodata ; Julien KOSTRECHE, cofondateur de Ouest Medialab ; Simon MALFATTO, datajournaliste à l’AFP.

Animé par Marianne BOUCHART, fondatrice de HEI-DA.

Les enjeux

Les données et leur analyse ont joué un rôle important dans le traitement médiatique de la campagne présidentielle. Des sondages à l’activité des députés en passant par les parrainages, elles ont permis aux journalistes d’aborder des angles originaux. Pourtant, leur utilisation pose de nombreux défis aux journalistes, tant sur le plan analytique que technique.

Ce qu’ils ont dit

Karen Bastien : « Wikipédia a un gros potentiel. Les données sont libres, ouvertes, accessibles à tous. Nous sommes donc allés voir ce qu’il se passait sur les pages des personnalités politiques. Nous avons également utilisé Twitter et les questions au gouvernement. »

« Nous avons lancé un nouveau format hier. Le bot @parlementweets aspire tous les tweets des députés. Nous avons récupéré près de 2 millions de tweets que les utilisateurs peuvent explorer en interagissant avec le compte. »

Simon Malfatto : « Les contraintes à l’AFP sont très fortes. Le temps de production est réduit. Nous produisons une vingtaine de graphiques chaque jour. Il faut réagir à l’actualité et proposer du choix à nos clients pour qu’ils puissent choisir leurs propres angles. »

« Nous avons choisi de publier une série de graphiques thématiques chaque semaine pendant la campagne. Le jour de l’élection, nous avons fait une carte qui se mettait à jour en direct. C’est un travail d’anticipation, il ne faut pas que ça tombe en panne. »

Julien Kostrèche : « Nous faisons travailler des journalistes avec des étudiants en graphisme et en design. Cela nous a permis de développer plusieurs projets ayant pour thème la politique. »

« Un des intérêts est de laisser les jeunes s’emparer de ces données pour raconter la politique. Certains projets fonctionnent très bien, car l’intérêt du public est fort pour ce type de production. »

À retenir

Le journalisme de données a permis de traiter l’actualité politique de manière différente durant la campagne présidentielle et les journalistes développent de nouveaux formats en vue des élections législatives. Les lecteurs sont friands de ce type de contenus, que les rédactions produisent de plus en plus. L’opendata ouvre de plus en plus de possibilités, malgré les difficultés parfois rencontrées pour l’obtention de données à l’échelle locale.

Léo Berry (EPJT)

[LE RÉSUMÉ] #metoopolitique, #metoomedias, #metooculture : et maintenant ?

Retrouvez l’essentiel de l’événement « #metoopolitique, #metoomedias, #metooculture : et maintenant ? ».

Pour cette soirée de lancement au théâtre de l’Olympia, cinq journalistes, autrices et metteuses en scène ont discuté des enjeux du mouvement #MeToo. Photo : Amandine Hivert/EPJT

Animé par Constance Vilanova, journaliste pigiste et co-fondatrice du collectif #DoublePeine.

Avec Cécile Delarue, journaliste et autrice, Hélène Devynck, journaliste, scénariste et autrice, Claire Lasne Darcueil, comédienne, metteuse en scène, autrice et directrice du conservatoire nationale supérieur d’art dramatique, Giulia Foïs, journaliste, autrice et animatrice sur France Inter, Fiona Texeire, collaboratrice d’élus et co-initiatrice du mouvement #MeToopolitique, Titiou Lecocq, journaliste et autrice.

 

Les enjeux

Depuis 2017, le mouvement #MeToo permet à des femmes victimes de violences sexuelles de prendre la parole. Les témoignages de comédiennes, journalistes et responsables politiques sont venus s’ajouter à ceux d’actrices. Cinq ans après, quelles batailles reste-t-il à mener ?

Ce qu’ils ont dit

Giulia Foïs : « J’étais la première surprise de la longévité de #MeToo, mais si on baisse l’attention, si on s’endort, c’est fini. Dans l’histoire, tous les mouvements féministes se sont arrêtés. La question est de savoir ce qu’on peut changer avant la fin du mouvement. »

« Le viol est le seul crime qui n’empêche pas d’être élu aux législatives. C’est une spécificité française. Au Danemark, le maire de Copenhague a été accusé d’agression sexuelle. Il a quitté ses fonctions, jugeant que ces accusations pouvaient mettre à mal la situation politique de la mairie. En France, la question ne se pose pas. »

Claire Lasne Darcueil : « L’injustice et la discrimination ne concerne pas que la cause féministe. Les minorités opprimées sont une immense majorité. Il suffit qu’un fil se crée entre les personnes opprimées depuis des siècles pour que tout change. »

« Je ne m’explique pas pourquoi #MeTooTheatre est arrivé quatre ans après #MeToo. Il faut dire que la majorité des metteurs en scène sont des hommes blancs. C’est aussi le répertoire national, la culture sur laquelle on est assis, et que l’on aime, qui est dangereuse. »

Hélène Devynck : « Le viol est le seul crime où la honte est basculée sur la victime. D’ailleurs, il est très difficile de se définir quand on a subi une agression sexuelle. Victime renvoie à une image de faiblesse. On parle aussi de victime autoproclamée, ça veut dire menteuse ou victime présumée mais qui présume ? Certaines utilisent le mot survivante mais je n’ai pas l’impression d’avoir risqué ma vie. Il y a encore le mot affranchie, c’est jolie mais ça ne veut pas dire grand chose. Au final, il n’y a que l’agresseur qui est content du mot victime. »

Cécile Delarue « L’intention de PPDA en portant plainte pour dénonciation calomnieuse, c’est de nous faire peur. On aimerait dire qu’on n’a pas peur, mais c’est faux parce que quand on est accusé, il faut trouver un avocat, engager des frais. Porter plainte, ça a un coût professionnel, familial et financier. »

À retenir

Le mouvement #MeToo permet de mettre sur le devant de la scène la question des violences sexistes et sexuelles et de faire face à l’ampleur des chiffres. En moyenne, une femme en France est victime de viol toutes les sept minutes. Aucun milieu n’est épargné. L’enjeu aujourd’hui est de faire perdurer le mouvement pour faire, petit à petit, bouger les lignes.

Amandine Hivert (EPJT)

Déclics politiques

Lundi soir débutent les 15e Assises international du journalisme à Tours. A cette occasion, les étudiants en première année du master de l’EPJT ont réalisé ce numéro de La Feuille qui sera distribué lors des Assises mais que vous pouvez également trouver ci-dessous.

Bonne lecture