2017 célèbre un anniversaire bien particulier : celui du premier iPhone, qui fête ses dix ans. En une décennie, les smartphones se sont imposés comme le nouvel ami de l’homme. Au point que le journalisme ne peut plus passer à côté.

Aujourd’hui, les journalistes de certaines chaînes de télévision produisent leurs sujets avec leur mobile. Photo : Lucie Martin

S’il y a une chose que l’on ne peut pas reprocher aux grands médias, c’est d’avoir raté le virage du smartphone. En 2010, alors que 17% de la population française dispose d’un “téléphone intelligent”, la plupart des journaux nationaux possèdent déjà leur application. Le Figaro, Le Monde, Libération et L’Équipe sont téléchargeables sur son compagnon de poche. Au début simple accès au journal numérisé, les applications ont depuis évolué pour proposer des contenus “smartphone ready”.

 

Quand les journaux s’inspirent des applications

 

Pour le grand public, le smartphone permet d’accéder à l’information partout, sans avoir à allumer son ordinateur. Pour les journalistes, il est un véritable outil de poche : vérifier une dépêche, répondre à un mail, servir d’enregistreur. Aujourd’hui encore, les possibilités multimédias de nos portables sont en constante évolution. Au point qu’en juin 2015, la chaîne genevoise Léman Bleu a produit le premier journal télévisé filmé totalement au smartphone. Aujourd’hui, la chaîne n’utilise plus que des smartphones à l’heure actuelle, preuve du succès de l’initiative. La formule a également été reprise par BFM Paris, lancée le 7 novembre dernier.

Mais le succès des smartphones tient beaucoup aux applications. Ces micrologiciels, très simples à installer, adaptent pour la plupart le contenu des sites web. Mais de plus en plus de contenus exclusifs, pensés pour les mobiles, apparaissent. Après les jeux, les développeurs ont délaissé l’internet classique pour les applications. Par exemple, Periscope, Snapchat, et Tinder sont inaccessibles sur un ordinateur.

Tinder, justement, a inspiré les développeurs du quotidien Le Monde, qui ont repris l’idée de la sélection avec un glissement de doigt pour lancer La Matinale. L’utilisateur choisi du bout de ses doigts les articles qui l’attirent le plus, puis accède à son tri. Et cela fonctionne : selon des chiffres de juin 2016, l’appli comptait plus de 450 000 téléchargements à son actif.

La Matinale a ainsi ouvert une piste : celle de pouvoir copier le concept d’une application à des fins informatives. Techniquement possible et efficace, elle peut permettre de toucher un public jeune qui délaisse la presse, la radio, la télé et même les ordinateurs au profit de leur écran de 5 pouces.

L’été dernier fut marqué par un phénomène de société sur smartphone : Pokémon Go. Le célèbre jeu de carte offrait à chaque utilisateur la possibilité de pouvoir attraper Pikachu, Dracaufeu et autres Roucool via son portable dans un environnement bien familier : la rue. De quoi démontrer que les possibilités sont grandes.

Martin Esposito

Pour aller plus loin :

[DÉCRYPTAGE] Le news snacking, vite et bien