[LE RÉSUMÉ] Solidarité Afghanistan : les Assises donnent la parole aux journalistes afghans exilés

Photo : Manuela Thonnel /EPJT

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Solidarité Afghanistan : les Assises donnent la parole aux journalistes afghans exilés »

Animé par Catherine MONET, rédactrice en chef à Reporters sans frontières avec Akbar Khan ARYOBWAL, fixeur et interprète des médias français ; Darline COTHIERE, directrice de la Maison des journalistes ; Ricardo GUTIERREZ, président de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) ; Mariam MANA, journaliste afghane réfugiée ; Najiba NOORI, journaliste afghane réfugiée ; Rateb NOORI, directeur vidéo du bureau de l’AFP à Kaboul ; Solène CHALVON, grand reporter, correspondante en Afghanistan ; Lotfullah NAJAFIZADA, directeur de Tolo News.

LES ENJEUX

Depuis le 15 août et la chute de Kaboul, de nombreux journalistes ont quitté le pays et ont rejoint en France les Afghans déjà réfugiés. Il reste cependant des centaines de journalistes inscrits sur des listes d’évacuation.

CE QU’ILS ONT DIT

Akbar Khan ARYOBWAL : « Quand j’ai appris ce qui se passait à Kaboul, je n’ai pas pleuré dans un coin. Je suis parti direct à l’aéroport pour essayer de faire quelque chose. Il faut donner de l’espoir aux gens qui quittent le pays. Il faut leur montrer les bons chemins. »

Darline COTHIERE : « Depuis cette année, plus de 400 journalistes ont été accueillis à la Maison des journalistes, venus de 70 pays dont l’Afghanistan. Ils arrivent en catastrophe pour fuir la répression et parce que leur vie est en danger. »

Ricardo GUTIERREZ : « Des milliers de journalistes afghans sont toujours dans leur pays. Pour ceux présents sur liste d’attente, il y a des États qui ont des plans avec des corridors humanitaires comme par exemple l’Allemagne qui réalise toujours des évacuations. »

Mariam MANA : « Pour les réfugiés il y a deux types d’exil. Celui où vous n’êtes plus dans votre pays physiquement et l’autre, c’est l’exil de la langue. C’est ce dernier qui a été le plus dur pour moi. Pour les écrivains et les journalistes, la langue est notre outil de travail, nous gagnons notre vie grâce à elle. »

Najiba NOORI : « Avant le 15 août, on a vu se développer les assassinats ciblés contre les journalistes, le nombre de violences croître, mais on continuait de travailler. Mais quand les talibans ont marché devant chez moi, j’ai décidé de partir. »

Rateb NOORI : « Avec mon organisation, et toute la communauté, nous essayons de poursuivre le travail, de continuer à couvrir ce qui se passe. »

Solène CHALVON : « Il y a un vrai besoin de se coordonner. Les gens de l’ambassade de France sont des gens que l’on connaît depuis des années car il y a une communauté française très restreinte. »

Lotfullah NAJAFIZADA : « La différence entre l’avant, le pendant et l’après 15 août, c’est la même qu’entre le jour et la nuit. Avec une privation de liberté, aucun accès à l’information ni critique du gouvernement et les talibans qui demandent à être consultés au préalable avant toute diffusion. »

 

À RETENIR

Il y a beaucoup d’axes d’aide aujourd’hui pour les journalistes afghans. Il faut penser à ceux qui sont arrivés, mais aussi à ceux qui restent. Il faut maintenir la pression sur les chancelleries occidentales et donner des fonds aux organismes qui peuvent aider comme la Maison des journalistes, la Fédération européenne des journalistes ou Reporters sans frontières. Ils ont aussi un besoin de transfert de compétences, d’enseignement ou de matériel.

[LE RÉSUMÉ] Parler du genre

Photo : Alexandre Camino/EPJT

Retrouvez l’essentiel de l’événement « Parler du genre »

Animé par Marc Mentré, vice-président de Journalisme et Citoyenneté, avec Pascale Colisson, responsable pédagogique et journaliste à l’IPJ Dauphine PSL ; Béatrice Denaes, journaliste formatrice et autrice ; Mejdaline Mhiri, coprésidente de l’association Femmes journalistes de sport, rédactrice en chef Les sportives ; Pauline Talagrand, adjointe au chef réseaux sociaux et fact-checking à l’AFP.

LES ENJEUX

Les quatre journalistes se sont réunies pour échanger autour de la question du genre dans les médias. Cette thématique pose en effet de nouveaux enjeux, notamment de renouvellement de vocabulaire ou de représentativité dans les colonnes. Un défi médiatique de taille dans un contexte de revendications féministes et sociales.

CE QU’ILS ONT DIT 

Pascale Colisson : « Nous devons avoir conscience de nos biais. C’est l’essence du métier. Nous devons caractériser les personnes pour ce qu’elles sont et pas pour ce qu’on projette sur elles »

« J’ai confiance en la nouvelle génération de journalistes. Elle est radicale dans le bon sens du terme »

Béatrice Denaes : « Par méconnaissance, on ne fera pas avancer la société. Les journalismes contribuent à faire évoluer les réactions stéréotypées. Nous sommes là aussi bien pour diffuser l’information que la culture, qui feront évoluer les mentalités »

Mejdaline Mhiri : « Certes, nous connaissons les difficultés qui touchent les femmes journalistes dès le début de leurs carrières. Le journalisme est un métier génial, ne lâchez-pas l’affaire. J’ai à cœur de transmettre cette détermination. »

Pauline Talagrand : « Je veux lancer un message. La responsabilité incombe certes aux structures et aux hiérarchies, mais elle incombe surtout aux journalistes. Ce sont eux qui feront bouger les rédactions et qui feront changer les choses »

« Une fois la réorganisation des effectifs entamée, il faut rentrer dans l’éditorial. Il faut donner des lignes directrices aux rédactions, des règles, des références pour que les erreurs ne soient pas faites »

À RETENIR

Les intervenantes qui ont pris part à ce débat ont fait état des difficultés que pouvaient notamment connaître les femmes journalistes au cours de leur carrière. Elles ont également évoqué l’impact que pouvaient avoir des erreurs ou approximations sur la question du genre auprès du lectorat. Elles ont appelé les journalistes et les rédactions à interroger leurs pratiques, pour traiter l’actualité avec le moins de biais possibles.

Alexandre Camino

[INTERVIEW] Olivier Goujon : « Quand on s’attaque au journalisme, on s’attaque à un pilier de la démocratie »

Olivier Goujon est journaliste photoreporter. À l’occasion de la sortie de son livre Ces cons de journalistes, aux éditions Max Milo, il répond à nos questions sur sa profession précarisée.

Olivier Goujon, auteur Ces cons de journalistes (Photo : Louise Gressier / EPJT)

 

Dans votre livre, vous dépeignez une réalité assez noire. En tant que journaliste, qu’est-ce qui vous motive à vous lever le matin ?

Olivier Goujon. La réalité du métier de journaliste est très sombre, mais j’aime cette profession. La plupart des journalistes aiment tellement leur métier que ça en devient problématique. Ils ne se plaignent pas et travaillent dans des conditions désastreuses qui sont contre-productives pour la qualité de l’information.

Que faire pour travailler dans de meilleures conditions ?

O.G. Respecter et appliquer la loi. Embaucher des journalistes en CDI, rémunérer les pigistes en salaire, payer les sujets commandés, faire des commandes écrites. Ce serait un pas en avant mais personne ne le fait. Partout où l’on m’invite, dans les plus grands médias, on me félicite pour mon livre alors qu’eux-mêmes ne respectent pas la loi. Il y a une sorte de schizophrénie. Dans le premier chapitre de mon livre, je prends l’exemple d’Olivier Voisin. C’est un journaliste mort en Syrie. Il est parti chercher de l’information là où il ne devait pas aller, parce qu’il était obligé. Endetté, il devait payer son matériel et ses commandes se sont évaporées. C’est un mort de la précarité. S’il était parti avec une commande écrite, si quelqu’un avait payé pour sa sécurité, la situation aurait peut-être été différente. Lorsqu’il est mort, on lisait partout des tribunes défendant les photojournalistes, ces gens qui risquent leur vie pour nous… Mais qui s’est occupé de sa sécurité ?

Quels sont alors les moyens de lutte ?

O.G. On me reproche de ne pas donner de solution. Mais mon métier consiste à dire pourquoi et comment ça ne va pas, en écrivant des livres et des articles. C’est évident qu’il ne faut pas écouter les syndicats qui poussent à refuser toutes propositions indécentes. Ils oublient que 10 000 journalistes sont corvéables pour remplacer celui qui a dit non. Le seul conseil que je peux donner, c’est de travailler à plusieurs. Je crois au collectif. Mettez vos forces en commun, vous serez plus forts à dix que seul.

Peut-on parler de prolétarisation du journalisme ?

O.G. La prolétarisation du tertiaire s’applique évidemment au journalisme. Ça implique une charge démocratique : quand on s’attaque au journalisme, on s’attaque à un pilier de la démocratie.

Le but du livre est-il de réveiller les français ?

O.G. Je n’ai pas la prétention de vouloir réveiller qui que ce soit. Si vous voulez dormir, dormez. Si vous ne voulez pas voir ce qu’il se passe, ne le voyez pas. Mon but est d’informer. Mon livre ne suscitera pas un rétropédalage du néolibéralisme mais j’aurais fait mon métier, je peux mourir librement.

Votre ton alarmiste est-il nécessaire pour informer ?

O.G. Je n’ai pas un ton alarmiste. Ceux qui me font cette critique trouvent un intérêt au système : patrons de presse ou éditorialistes. Chez Pascal Praud sur CNews, j’ai parlé de reproduction sociale dans le journalisme ; nous sommes tous des mâles blancs de 45 ans et nos parents gagnaient 4 000 euros par mois. D’un coup, j’ai vu cinq mâles blancs de 45 ans se lever pour me dire : « Absolument pas, je ne suis pas déconnecté ! » J’ai entendu la même chose à la commission de la carte, alors qu’ils donnent des cartes de presse à des journalistes qui touchent 500 euros par mois. Chaque année, les critères sont plus bas. Tous les membres de la commission font campagne sur le combat contre la précarité mais une fois élus, ils disent n’être qu’un thermomètre pour mesurer la température dans la profession. Selon moi, il faudrait créer un organisme moral, comme ce qu’il existe en Belgique, qui aurait autorité pour afficher un manquement.

Propos recueillis par Léo Juanole et Lydia Menez

Les citoyens au cœur du dernier débat des Assises de Tunis

Les invités ont débattu de la manière d’inclure les citoyens dans la construction d’une information avant de laisser place à la cérémonie de clôture. Photo : Clara Gaillot

Pour le dernier débat des Assises internationales du journalisme à Tunis, l’intégration des citoyens à la production d’une information a été abordée.

(suite…)

Les drones, nouveaux alliés des journalistes de guerre

Les drones sont de plus en plus utilisés sur les zones de guerre, à commencer par les journalistes. (ARIS MESSINIS / AFP)

Initialement destinés aux armées, les drones sont devenus des outils accessibles au grand public. Mais avec l’appropriation de ces aéronefs par les journalistes, ceux-ci reviennent sur leur terrain initial : les zones de conflit.

Et si les drones révolutionnaient le journalisme de guerre ? Déjà utilisés par les armées depuis des dizaines d’années, ces aéronefs ont trouvé avec les médias de nouveaux utilisateurs depuis quelques temps.

Avec la réduction du prix de ce nouvel outil – il est aujourd’hui possible d’en acheter un filmant en très haute résolution pour moins de 1000 euros -, et une praticité améliorée – beaucoup tiennent dans une valisette, et sont pilotables depuis un smartphone –, les rédactions ont vite compris qu’il fallait sauter le pas. « Les drones changent et changeront le traitement médiatique des conflits », assure ainsi Kamel Redouani, documentariste à France Télévisions.

La plus-value apportée par ce nouvel outil est en effet non négligeable d’un point de vue journalistique. Pour Eric Scherer, directeur de la prospective à France Télévisions, l’utilisation d’un drone dans un reportage permet « une variation des plans, mais surtout de raconter l’histoire de manière différente ».

Au plus près des zones de conflit, l’utilisation de drones par les journalistes a effectivement de nombreuses utilités. Grâce à ces nouveaux outils, il est désormais possible de s’approcher au plus près de l’action, en limitant les risques pour les journalistes. Ils permettent aussi d’apporter une autre vision du terrain, avec les prises de vues aériennes. Ce nouvel angle de vue permet une lecture plus facile de l’histoire pour le téléspectateur et lui offre une information mieux contextatualisée.

Une autre vision des conflits

Kamel Redouani loue d’ailleurs l’utilisation des drones sur le terrain, en se basant sur son expérience personnelle. « En filmant un reportage sur la chute de Syrte, on a pu se rendre compte que, lorsque des couloirs étaient ouverts pour faire sortir les femmes et les enfants, les soldats de Daech tiraient sur eux, sur les membres de leurs propres familles. Les drones ont donc permis de voir une autre facette de la réalité », a-t-il assuré lors de la conférence sur les nouveaux outils du journalisme, vendredi, aux Assises de Tunis.

Mais la force de ces nouveaux outils fait également leur faiblesse. Leur capacité à se rendre sur tous les terrains fait d’eux de véritables cibles. Considérés comme une menace, du fait de leur capacité à dévoiler des stratégies, ils sont de plus en plus victimes de tirs, voire de hacking.  « Avec les outils à leur disposition, les forces armées tentent de prendre le contrôle des machines que les journalistes utilisent », explique Eric Scherer. Avec les risques que cela encourt : en dévoilant la position des journalistes, ces derniers pourraient courir un risque pour leur vie.

 « L’image vue du ciel apporte certes de nombreuses opportunités… Mais il reste très difficile de tourner avec des drones », résume Kamel Redouani. La faute à une appropriation pas encore totale de l’outil, et de ses limites. Mais, malgré tout, l’aéronef devrait s’imposer comme l’atout numéro 1 du reporter de guerre dans les années à venir. En attendant, le temps est à l’expérimentation.

Hugo Girard

Journaliste en Tunisie, une profession qui se féminise

Dorra Bouzid est la figure féminine du journalisme en Tunisie. Photo : Clara Gaillot.

Loin des clichés habituels, les femmes tunisiennes sont plus présentes dans le paysage médiatique. Et, à l’image de certaines, elles ont toute leur place dans les rédactions internationales.

(suite…)

Journalistes en danger : la protection au cœur du débat

Ce débat d’ouverture était animé par Hamida El Bour, la directrice de l’Institut de presse et des sciences de l’information de Tunis (IPSI) et Taoufik Mjaied, journaliste et présentateur à France 24. Photo : Ewen Renou

Alors que la première conférence de ces Assises devait porter sur l’utilité du journalisme, elle s’est très rapidement orientée sur la protection et la sécurité des journalistes. Une problématique notamment alimentée par l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

(suite…)